La bourse ferme dans 5 h 37 min
  • CAC 40

    5 669,10
    -84,72 (-1,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 270,80
    -57,85 (-1,74 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9555
    -0,0043 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 625,60
    -10,60 (-0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    19 541,33
    -1 730,43 (-8,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,89
    -32,25 (-7,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,37
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    11 903,72
    -235,96 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    6 859,25
    -125,34 (-1,79 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0685
    -0,0046 (-0,43 %)
     

Pourquoi un corbillard allemand pour la Reine d’Angleterre

Un début de polémique enfle outre-Manche, où les sensibilités patriotiques s’offusquent de voir le cercueil de la Reine d’Angleterre emporté par un corbillard allemand. Hélas ! les alternatives se font rares.

Une Benz recarrossée par Binz, voilà qui est amusant. La plaisanterie ne fait pourtant pas rire les Britanniques. Ils sont nombreux, sur les réseaux sociaux, à s’étonner que personne n’ait songé à épargner cet affront à la Reine défunte. “N’y a-t-il donc pas quelque part dans notre pays un corbillard sur base Rolls-Royce, Bentley, Jaguar ou Land Rover ?”, s’interroge sur Twitter depuis le Texas Sir Uncle Jimmy. “Une simple Vauxhall aurait fait l’affaire”, suggère David@Aporkalypse666 en feignant d’oublier que ce constructeur autrefois prestigieux est passé sous le contrôle français en 2017, quand le Groupe PSA l’a racheté à l’Américain General Motors, qui le détenait depuis... 1925.

Le corbillard de construction 100 % britannique est une espèce en voie de disparition

Voilà belle lurette que les Vauxhall ne sont que des Opel rhabillées. Pour trouver un véhicule plus authentiquement anglais, il faut se tourner vers Jaguar et Land Rover. Car même si ces deux constructeurs sont portés par des capitaux indiens depuis 2008 (Tata Motors), leurs modèles sont encore dessinés, conçus et assemblés en Grande-Bretagne. L’affirmation vaut aussi pour les très dignes limousines de Rolls-Royce, quand bien même elles sont financées depuis 1998 par le Groupe BMW de Munich. La même année, Bentley tombait dans l’escarcelle du Groupe Volkswagen.

Lire aussi

Une foule compacte a salué le passage du cercueil d\'Elizabeth II à son arrivée à Edimbourg le 11 septembre Crédit : POOL/AFP - Jane Barlow
Une foule compacte a salué le passage du cercueil d\'Elizabeth II à son arrivée à Edimbourg le 11 septembre Crédit : POOL/AFP - Jane Barlow

De toute manière, aucune de ces marques ne figure dans le parc de corbillards de l’entreprise de pompes funèbres écossaise William Purves Funeral Directors. C’est elle qu’a sélectionné la maison royale pour conduire le cercueil de la Reine Elizabeth II de son château de Balmoral à Edimbourg. Un trajet de quelque 280 kilomètres, accompli en deux jours (11 et 12 septembre) sous les regards de dizaines de milliers de sujets massés le long des routes.

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi