Publicité
La bourse ferme dans 7 h 20 min
  • CAC 40

    7 948,16
    +13,13 (+0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 963,28
    +0,08 (+0,00 %)
     
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0810
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 356,50
    -7,60 (-0,32 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 356,69
    -200,11 (-0,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 448,28
    -7,59 (-0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,83
    -0,40 (-0,50 %)
     
  • DAX

    18 461,61
    -11,68 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    8 182,05
    -1,02 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • HANG SENG

    18 217,94
    -259,07 (-1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2702
    -0,0001 (-0,01 %)
     

Pourquoi la contre-offensive ukrainienne se fait attendre ?

Annoncée depuis des mois, la contre-offensive des troupes ukrainiennes serait donc reportée sine die. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, "un peu plus de temps est nécessaire".

Le chef de l'État a déclaré que les forces ukrainiennes étaient prêtes - certaines unités ont été formées à l'étranger. Mais ces brigades auraient encore besoin d'équipements et d'armes pour éviter de lourdes pertes.

Qu'attend Kyiv ?

Depuis la fin de l'année dernière, on parle d'une contre-offensive ukrainienne de grande envergure. Pour des raisons évidentes de sécurité, Kyiv n'a évidemment pas annoncé de dates précises. Des experts occidentaux ont cependant suggéré que le début de l'opération se situerait entre la fin avril et la première moitié du mois de juin.

PUBLICITÉ

Simon Schlegel, analyste principal de l'Ukraine, International Crisis Group : "Je pense que la raison pour laquelle il l'a annoncé maintenant est que les attentes concernant cette contre-offensive sont clairement devenues incontrôlables dans de nombreux cercles. L'anticipation a été très, très élevée. Et la raison en est probablement que l'idée circule, en particulier en Russie, que l'Ukraine n'a qu'un seul coup à jouer dans cette contre-offensive très compliquée. Par conséquent, il est probablement bon que Zelensky lui-même, au plus haut niveau, essaie de modérer un peu les attentes et de préparer la défense à une éventuelle mésaventure".

Selon le président ukrainien, l'armée ukrainienne aurait aussi besoin de plus d'équipements. Le 9 mai, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a déclaré que Kyiv disposait déjà de tout ce dont elle avait besoin pour l'opération, y compris du matériel et des soldats formés à l'Ouest, et a souligné qu'il appartenait au commandement de l'armée d'avoir un plan pour réussir.

L'une des explications possibles, selon les experts, est que Kyiv veut s'assurer autant que possible de sa capacité à mener une offensive, dont le sort de toute la guerre peut théoriquement dépendre.

Simon Schlegel, analyste principal de l'Ukraine, International Crisis Group : "Dans cette situation, on ne peut pas avoir assez [d'armes]. En clair, il est toujours préférable d'en avoir plus, surtout en ce qui concerne les munitions. Les deux camps sont à court de munitions. Il ne s'agit plus seulement d'un problème d'approvisionnement militaire, mais aussi d'un problème industriel, d'un problème de production. Et il est possible que les munitions soient actuellement le goulot d'étranglement que Zelensky veut élargir avant de risquer la vie de ses soldats".

Max Bergmann, directeur du programme Europe, Russie et Eurasie au Center for Strategic & International Studies : "Nous savons que les Ukrainiens ont reçu un certain nombre de chars. Ils ont reçu un certain nombre d'autres véhicules blindés de transport de troupes et de transport, mais je suis sûr qu'ils attendent encore d'autres livraisons. La question qui se pose donc à l'Ukraine est la suivante : faut-il attendre et attendre que d'autres livraisons arrivent, tout en donnant potentiellement à la Russie plus de temps pour se préparer à une éventuelle contre-offensive ?

Toutefois, les observateurs occidentaux n'excluent pas du tout que la déclaration du dirigeant ukrainien vise à faire croire à Moscou qu'une contre-offensive a été retardée - alors qu'elle a, en fait, déjà commencé.

Neil Melvin, directeur des études sur la sécurité internationale au Royal United Services Institute (RUSI) : "Nous devons comprendre ce qu'est exactement une contre-offensive. Je pense que les images sont souvent celles d'un moment de choc où tous les chars avancent. Mais en réalité, la contre-offensive elle-même est un processus à long terme. Et je dirais qu'en fait, la contre-offensive de l'Ukraine a déjà commencé. Ce qu'ils essaient de faire, c'est de façonner le champ de bataille au moment où ils tirent les forces russes dans différentes directions. Ils essaient de trouver des brèches pour sonder le terrain. Ils déplacent leurs forces".

De quel type d'armes l'Ukraine a-t-elle besoin ?

Selon Bloomberg, depuis décembre (c'est-à-dire depuis la préparation d'une contre-offensive présumée), l'Ukraine a reçu pour 30 milliards de dollars d'équipements et de fournitures occidentaux, soit plus que le budget militaire annuel de n'importe quel pays de l'OTAN (à l'exception des États-Unis). Sur l'ensemble de la période, selon la publication, le montant de l'aide a dépassé 67 milliards de dollars.

Kyiv évoque désormais la nécessité de disposer d'armes à longue portée, de systèmes d'aviation et de défense aérienne.

Le 11 mai, Londres a annoncé qu'elle envoyait à Kyiv des missiles tactiques Storm Shadow d'une portée annoncée de 560 km (les versions d'exportation sont toutefois limitées à 250 km). Selon les experts, il ne s'agit pas d'une simple livraison, mais d'une arme qui pourrait jouer un rôle important dans l'opération à venir.

Neil Melvin, directeur des études sur la sécurité internationale au Royal United Services Institute (RUSI) : "En fait, ces armes frappent la capacité de la Russie à coordonner sa propre défense. Ainsi, au début de la guerre, les États-Unis ont fourni à l'Ukraine de l'artillerie HIMARS, ce qui a été très préjudiciable aux Russes, car avec cette artillerie, les Ukrainiens pouvaient détruire les centres logistiques au niveau des quartiers généraux. Les Russes se sont adaptés. Ils ont mis ces installations hors de portée des HIMARS. Avec ces nouveaux missiles, elles sont soudain de nouveau à portée. Ainsi, lorsque les Ukrainiens essaieront de progresser, il pourrait y avoir des retards dus à des erreurs de communication du côté russe."

Dans tout cela, le principal élément de réussite potentielle ne sera pas un type d'arme particulier, mais la capacité de l'armée ukrainienne à coordonner aussi précisément et rapidement que possible entre les différentes unités et agences gouvernementales.

"Ce que l'Ukraine doit faire, reprend Neil Melvin_, c'est ce qu'on appelle des guerres d'armes combinées, c'est-à-dire relier l'armée de l'air, les forces terrestres, la communauté du renseignement, les dirigeants politiques et rester en contact avec cet ensemble très complexe d'acteurs au fur et à mesure que les forces ukrainiennes avancent. Il ne s'agit donc pas seulement de percer les lignes russes, mais de les maintenir"._

Guerre aérienne

Les missiles Storm Shadow mentionnés ci-dessus sont aéroportés et peuvent être lancés à partir d'une série d'avions de fabrication européenne (Tornado, Typhoon, Mirage 2000, Rafale).

Selon les informations disponibles, l'Ukraine ne dispose pas encore de tels avions ; en février, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a déclaré que le transfert de Typhoons à Kyiv n'était pas exclu, et il a même été rapporté que la formation des pilotes ukrainiens pour ces appareils avait commencé.

L'armée de l'air ukrainienne a déjà l'expérience de l'utilisation de missiles occidentaux provenant d'avions soviétiques : de nombreux appareils de ce type, adaptés aux normes de l'OTAN, ont été fournis à l'Ukraine par les anciens pays du Pacte de Varsovie.

Néanmoins, Kyiv insiste pour exiger des avions de combat modernes de fabrication occidentale - en premier lieu les F-16 américains.

Selon les experts, premièrement, ces avions ne pourront tout simplement pas participer à la campagne de printemps-été : il faudra trop de temps pour former les pilotes ukrainiens et adapter les aérodromes et l'infrastructure technique ukrainiens.

Deuxièmement, ils ne seront pas en mesure de jouer un rôle significatif : la guerre au-dessus de l'Ukraine s'est avérée ne pas être ce qu'elle était censée être.

Max Bergmann, du Centre d'études stratégiques et internationales : "Nous devons nous rendre compte que la raison pour laquelle les avions de chasse russes et d'autres aéronefs ne fonctionnent pas aussi bien que prévu dans cette guerre est la défense aérienne dont dispose l'Ukraine. Or, la Russie dispose également d'importantes capacités de défense aérienne, qui mettraient en péril tous les chasseurs occidentaux dont dispose l'Ukraine. Je pense qu'il est essentiel que l'Ukraine reçoive des avions de combat. Il s'agit d'une forme supplémentaire de défense aérienne, qui peut être utilisée pour protéger le ciel ukrainien, à la fois contre les missiles des drones et contre les avions de combat russes. Mais à ce stade, il s'agit plutôt d'une défense défensive qu'offensive".

Avant l'invasion à grande échelle de l'Ukraine, l'Occident pensait que Kyiv ne résisterait pas plus que quelques jours ou, au mieux, quelques semaines, en raison de l'importante supériorité quantitative et qualitative de l'armée de l'air russe. En effet, dès le 5 mars, après dix jours de guerre, Moscou a déclaré que les forces aériennes et les défenses aériennes de l'Ukraine avaient été supprimées et détruites.

Mais ce n'était pas le cas. Les forces aériennes et de défense aérienne de l'Ukraine ont non seulement conservé leur efficacité au combat, mais elles ont également empêché la Russie d'acquérir la supériorité aérienne.

Mais les pilotes ukrainiens se sont retrouvés dans la même situation. L'impasse sera d'autant plus évidente lorsque les forces ukrainiennes iront de l'avant.

Selon les experts, le fait est que pour la première fois dans l'histoire moderne, des pays de niveau technique conditionnellement égal se sont affrontés sur le champ de bataille. En outre, tant la Russie que l'Ukraine ont construit leur système de défense aérienne selon les principes soviétiques. Pendant la guerre froide, l'URSS a créé un grand nombre de systèmes de défense aérienne basés au sol, très différents les uns des autres. Ensemble, ils étaient censés créer une barrière théoriquement impénétrable de plusieurs échelons à toutes les altitudes et à toutes les vitesses. En conséquence, l'école de formation des pilotes soviétiques se concentrait davantage sur les opérations contre un système "occidental" que contre son propre système.

En conséquence, les activités de défense aérienne à haute altitude ont contraint les avions des deux camps à passer à des opérations à très basse altitude, littéralement à quelques mètres au-dessus du sol. Mais là, pour diverses raisons, il s'est avéré plus efficace d'utiliser des drones.

De plus, les porte-missiles russes peuvent lancer des missiles à longue portée, simplement en ne pénétrant pas dans l'espace aérien ukrainien. Kyiv ne disposait pratiquement pas de tels missiles jusqu'à très récemment.

La contre-offensive sera-t-elle décisive ?

De nombreux analystes occidentaux n'ont pas exclu par le passé que l'échec éventuel d'une contre-offensive ukrainienne pourrait conduire l'Occident à réduire son aide - y compris simplement parce qu'il a presque épuisé sa capacité à fournir du matériel et des équipements sans compromettre sa propre sécurité - et à faire pression sur Kyiv pour obtenir un cessez-le-feu dans les conditions du statu quo. Des déclarations reprises activement par la propagande russe.

Simon Schlegel (International Crisis Group) : "Je pense qu'il y a d'autres aspects que le simple succès militaire qui auront une influence sur le soutien que le public et les gouvernements occidentaux apporteront à la phase suivante : la manière dont l'Ukraine parvient à réintégrer les territoires qu'elle a libérés. L'Ukraine va-t-elle créer une crise de réfugiés, par exemple en Crimée ? Comment vont-ils traiter les prisonniers de guerre et comment gérer les risques d'escalade ? Je pense que ces facteurs sont presque aussi importants que leur succès militaire pur, qui se mesure en termes de territoires libérés".

Mais aujourd'hui, alors que l'armée ukrainienne se prépare à une contre-offensive, de plus en plus de voix s'élèvent pour dire que l'Ukraine a besoin d'un soutien stratégique à long terme. En d'autres termes, même si elle ne parvient pas à atteindre les objectifs de la campagne du printemps et de l'été, l'Occident ne doit pas abandonner son soutien à Kyiv.

En particulier, en mars dernier, les dirigeants de l'UE ont commencé à envisager sérieusement d'augmenter la production d'armes et de munitions, notamment pour l'Ukraine.

**Neil Melvin (**Royal United Services Institute) : "S'il est juste de se concentrer sur la contre-offensive et de s'assurer que l'Ukraine a tout ce qu'il faut, je pense qu'il faut aussi faire passer un message politique : dans la plupart des scénarios, la guerre ne se terminera pas avec cette contre-offensive d'ici à l'été. La communauté occidentale doit donc prendre en compte le fait que cette guerre sera plus longue et que l'Ukraine aura besoin de ressources pour poursuivre le combat jusqu'à son terme. Mais au-delà, même si la Russie est vaincue en Ukraine, elle restera probablement une menace majeure pour l'Ukraine, mais aussi pour l'Europe au sens large".