La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    35 570,78
    +173,15 (+0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Pourquoi la conduite autonome pourrait être facturée à l’heure

·2 min de lecture

Nos voitures savent déjà mettre à jour leurs logiciels sans passer chez le concessionnaire. Ce talent leur permettra bientôt de proposer des fonctionnalités payantes, à s’offrir le temps d’une heure ou d’une année. Une source de revenus supplémentaire pour les constructeurs.

En 2019, alors qu’il ne présidait encore qu’aux destinées du seul Groupe PSA, Carlos Tavares déclarait préférer renoncer à commercialiser une voiture véritablement autonome. Son raisonnement ? Le surcoût induit par la suite de capteurs et de logiciels requis pour décharger l’humain de toute tâche pousserait le prix de vente du véhicule au-delà de ce que Monsieur et Madame Tout-le-Monde sont prêts à débourser. Quant à l’élite, elle a déjà les moyens de s’offrir les services d’un chauffeur professionnel — en chair et en os.

La voiture autonome n’aurait-elle donc aucun avenir commercial, hormis pour la livraison de colis ? Pour contourner cet écueil économique, le directeur des ventes du Groupe Volkswagen Klaus Zellmer imagine facturer à l’heure l’utilisation de la voiture en mode autonome. Le système ne serait disponible qu’à la demande, contre espèce sonnante et trébuchante.

La conduite autonome ne sera qu’un service parmi d’autres, à bord de la voiture connectée

“A l’avenir, nos clients ont le choix entre acheter nos voitures, les louer sur plusieurs mois ou bien le temps d’un week-end. Alors pourquoi ne pas considérer la conduite autonome comme un service parmi d’autres ?", exposait-il dans le quotidien Die Welt, au début du mois de juin. “Pourquoi ne pas commercialiser des fonctions de conduite autonome à la demande, au coup par coup ? Cette fonctionnalité pourrait figurer parmi d’autres, proposées à nos clients par l’intermédiaire de la mise-à-jour à distance des logiciels qu’embarquent nos voitures.” Et Klaus Zellmer d’avancer le prix de 7 euros l’heure. “Si vous souhaitez laisser la voiture conduire toute seule durant trois heures, vous n’aurez qu’à régler 21 euros.”

Rendons hommage au constructeur américain Tesla, qui fut le premier à entrevoir le potentiel des mises-à-jour à distance — au bénéfice de ses clients comme le sien propre. Car choisir une Tesla, c’est avoir la garantie de bénéficier de mises à jour fréquentes des logiciels — donc des aptitudes d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

En quoi la voiture autonome manque à l'éthique du numériquePourquoi les plateformes VTC renoncent à la voiture autonomeVolkswagen, Audi, Seat, Skoda proposent à tous leurs clients la mise-à-jour de leur DieselLa voiture connectée passe commande de son carburant, livré à domicileLe football, au secours de la Volkswagen connectée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles