La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 441,96
    +1 056,76 (+2,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Pourquoi la collectivité européenne d’Alsace et la région Grand Est s’entredéchirent

·2 min de lecture

Une prise de parole mal calibrée de Jean Castex a entraîné une levée de tensions entre la collectivité européenne d'Alsace et la région Grand Est, sur fond de refonte territoriale.

C’est une déclaration qui a mis le feu aux poudres en Alsace. , Jean Castex a bien involontairement relancé la guerre territoriale entre tenants des nouvelles régions et partisans d’un retour aux frontières alsaciennes traditionnelles. Au cœur des débats, la très décriée "Loi Notre" d’août 2015 qui a institué les grandes régions françaises. "Je n’ai jamais été convaincu par la création de ces immenses régions", a indiqué sur le ton de la confidence le Premier ministre devant ses interlocuteurs alsaciens, ajoutant même que "le désir de retrouver une Alsace reconnue (…) ne constitue ni une lubie folklorique ni une menace à l’unité de la République, comme on l’a parfois malheureusement entendu." Ces propos, loin d’être anodins, ont enflammé pendant près de trois jours le paysage politique alsacien.

"Démembrement" de l'Alsace

Prenant acte des déclarations de Jean Castex, le président LR de la collectivité européenne d’Alsace Frédéric Bierry a aussitôt – et opportunément – , allant même jusqu’à proposer un modus operandi. "Il suffirait de transférer toutes les compétences de la région et on aurait une collectivité d’un nouveau genre mais qui serait beaucoup plus lisible et beaucoup plus efficace pour nos concitoyens." De quoi faire bondir le tout-puissant président de la région Grand Est Jean Rottner, . "Il a parlé à titre personnel, mais un Premier ministre s’exprime-t-il à titre personnel ? Je ne le pense pas. (…) Cette prise de parole, elle a déçu car elle décrédibilise la parole publique, la parole et la continuité de l’Etat. Le Premier ministre est venu rallumer les feux et je trouve ça dommage."

Cette brusque montée de tension ne vient pas de nulle part. Elle s’inscrit dans un contexte de relations dégradées entre l’exécutif et le président de la région Grand Est depuis que ce dernier . Elle est également le résultat, à l’échelle locale, de la création au 1er janvier dernier de la collectivité européenne d’Alsace, en pleine région Grand Est. Le chevauchement de ce[...]

Lire la suite sur challenges.fr