La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 134,30
    -267,71 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,2099
    -0,0087 (-0,71 %)
     
  • Gold future

    1 720,00
    -55,40 (-3,12 %)
     
  • BTC-EUR

    39 643,67
    -2 549,68 (-6,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    961,66
    +28,52 (+3,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,41
    -1,12 (-1,76 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 274,72
    +155,29 (+1,18 %)
     
  • S&P 500

    3 836,04
    +6,70 (+0,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3947
    -0,0066 (-0,47 %)
     

Pourquoi la campagne publicitaire de FDJ est franchement malvenue

·2 min de lecture

EDITO - La Française des jeux lance une campagne nationale qui derrière un glacis institutionnel fait de la promotion déguisée pour ses jeux. En pleine crise sanitaire et économique, le message est franchement déplacé.

On se souvient de la pub de la Française des jeux pour promouvoir sa privatisation : une mise en scène soignée qui rappelait que la loterie nationale avait été créée au lendemain de la première guerre mondiale pour venir en aide aux gueules cassées. L’opérateur nous faisait traverser les époques de façon subtile, on adhérait bien volontiers au slogan : «entrez dans l’Histoire, entrez dans le capital ». De fait, cette opération financière s’imposait : L’Etat n’avait plus vraiment vocation à rester au capital de cette entreprise dans la mesure où plus il conserverait les fruits de la taxe sur les jeux : près de 4 milliards d’euros par an environ. Surtout la privatisation lui offrait un pactole de près de 2,5 milliards d’euros, pas inutile en ces temps de disette budgétaire. Un an après, il n’y a pas que l’Etat qui s’y retrouve : 500 000 petits porteurs ont eu raison de croire dans cet investissement car le cours de l’action FDJ n’a cessé de grimper. . Il faut dire qu’entre les deux confinements, les français ont joué, beaucoup joué. Notamment dans les paris sportifs avec une augmentation des mises de l’ordre d’un milliard d’euros supplémentaires. L’Etat comme les centaines de milliers d’actionnaires applaudissent.

Erreur de timing

Faut-il pour autant saluer la nouvelle campagne publicitaire qui depuis quelques semaines s’invite sur nos écrans ? Alors que les Français sortent d’une année particulièrement sombre, que nous sommes très loin d’avoir terrassés ce virus et que nous nous apprêtons à replonger dans un troisième confinement avec tous ses corolaires : pertes d’emplois, de repères, de moral, voilà que l’ex loterie nationale nous invite à jouer à ses jeux de hasard : loto, banco, tirage, grattage… « C’est une pub institutionnelle pour mieux faire connaître le groupe, ce n’est pas de la promotion commerciale » se défend FDJ qui oublie qu’au moins trois produits sont mis en avant en soixante secondes. Vous n’avez pas le moral, vous avez perdu votre job, vous ne po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi