Marchés français ouverture 1 h 47 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 641,93
    +94,88 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0445
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    20 395,66
    +445,45 (+2,23 %)
     
  • BTC-EUR

    29 042,74
    -246,32 (-0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    681,29
    +438,61 (+180,74 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Pourquoi la biotech DNA Script a levé 200 millions de dollars

Thomas Ybert, polytechnicien, a créé en 2014, avec Sylvain Gariel et Xavier Godron, une technologie d’imprimante à ADN. Ils ont levé 200 millions de dollars en début d’année. Il est l'invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - DNA Script est présentée comme l’une des plus belles biotechs françaises. En quoi avez-vous révolutionné la science?

Thomas Ybert - Nous sommes la première société à avoir développé avec succès une technologie de synthèse enzymatique de l’ADN et à l’avoir transformée en un produit commercial, aujourd’hui dans les mains de plusieurs clients et partenaires: , la Direction générale de l’armement… Jusqu’ici, la synthèse de l’ADN s’effectuait selon des approches de chimie organique très compliquées à gérer. De nombreux acteurs s’étaient intéressés à la possibilité d’une synthèse enzymatique, mais nous, nous l’avons fait: ce n’est pas resté dans un article de recherche.

Vous avez créé une imprimante à ADN. A quoi sert-elle?

Elle sert à produire de l’ADN, le vecteur pour programmer ou reprogrammer des systèmes biologiques, comme on programme un ordinateur grâce à des lignes de code.

Qui sont vos clients?

Ce sont des équipes de recherche. Notre système Syntax leur permet d’avoir accès à de l’ADN directement dans leur labo, quand elles le veulent, en seulement quelques heures. Elles ne passent plus plusieurs jours, semaines, voire mois à en récupérer. Plus d’une dizaine d’équipes ont participé à nos programmes d’évaluation. La commercialisation a démarré à l’été 2021. Notre imprimante coûte plusieurs centaines de milliers d’euros.

En huit ans, quels ont été les moments charnières?

Après avoir levé de l’argent auprès des proches, la première décision clé a été d’aller voir des fonds spécialisés et internationaux. Nous voulions lever beaucoup pour tenir une forte croissance. La deuxième a été de s’implanter aux Etats-Unis dès 2019. Mais toute la R&D est en France. Nous réalisons 3.000 synthèses par semaine dans nos locaux à Paris. Nous avons environ 200 salariés dans les deux pays.

Qu’a changé la ?

Elle a accéléré la visibilité de notre segment, celui des outils de biotechnologie. Elle a mis la technique PCR sur le devant de la scène et permis de valider que la s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles