Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 346,15
    +35,38 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 418,51
    +36,04 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    36 245,50
    +294,60 (+0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0889
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 091,70
    +2,00 (+0,10 %)
     
  • Bitcoin EUR

    36 432,34
    +119,48 (+0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    802,76
    +11,20 (+1,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,38
    +0,31 (+0,42 %)
     
  • DAX

    16 397,52
    +182,12 (+1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,35
    +75,60 (+1,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 305,03
    +78,83 (+0,55 %)
     
  • S&P 500

    4 594,63
    +26,83 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    33 431,51
    -55,39 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 830,30
    -212,60 (-1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2701
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Pourquoi avoir un enfant qui n'aime rien pourrait être préférable à un enfant qui mange de tout, d'après une étude ?

Des chercheurs ont réalisé une enquête sur l'alimentation et les enfants. Ces derniers ont été classé en quatre catégories : les avides, les contents, les évitants et les typiques, en fonction de leur comportement par rapport au plaisir de manger, à la sélectivité des aliments, à la rapidité à laquelle les enfants mangeaient, à l'envie de boire, à l'alimentation émotionnelle...

Les enfants se répartissaient ainsi dans chaque catégorie :

- 44% de typiques, où des enfants qui mangent normalement.

- 22 % d'avides : ces enfants mangent très bien, voire trop bien.

- 18 % de contents : ces enfants apprécient l'heure des repas et ce qu'ils mangent.

- 16 % d'évitants : il s'agit d'enfants très sélectifs.

Comment réagir en fonction du mode alimentaire de son enfant ?

L'étude montre qu'en fonction de la catégorie dans laquelle se trouve l'enfant, les parents doivent adapter leur attitude. Ainsi, mieux vaut ne pas proposer d'encas, de petites collations gourmandes aux enfants avides. Il serait même préférable de les restreindre car ils ont tendance à manger, même s'ils n'ont pas faim. En revanche, il ne faut pas hésiter à proposer plein d'aliments et de plats différents aux enfants classés évitants. Cette diversité alimentaire peut...

Lire la suite