La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    38 822,64
    -2 676,02 (-6,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Pourquoi les ados sont-ils accros aux écrans et comment les utiliser en toute sécurité ?

·1 min de lecture

Smartphone, tablette, ordinateur ou encore télévision, les adolescents passent de plus en plus temps le nez devant des écrans. Pourquoi sont-ils accros et comment lutter contre ce phénomène ? C'est le sujet du livre Les écrans et moi : l'essentiel pour un usage responsable de la journaliste et autrice jeunesse Sophie Bordet-Petillon et du psychiatre Serge Tisseron, publié le 15 avril aux éditions Hygée. 

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

L’OMS ne parle pas "d’addiction" au sens strict du terme mais évoque tout de même, pour les jeux vidéo, un "trouble" après douze mois consécutifs de trop grande consommation. Et cette surconsommation des outils numériques a une conséquence désormais bien connue : trop de temps d’écran, c’est moins de temps de sommeil.

Valoriser son enfant pour éviter qu'il ne cherche une popularité virtuelle

Ce qui est important pour les parents, c’est de savoir comment leur enfant utilise les écrans, explique Serge Tisseron, l'un des auteurs. "Certains disent qu'il ne faut pas passer plus de deux heures par jour sur les écrans avant six ans. De fait, aujourd'hui, les enfants dépassent de beaucoup le temps souhaitable", précise le psychiatre. "Mais il faut comprendre que ce n'est pas forcément problématique. Ce qui est important, c'est de prendre en compte ce qu'un enfant fait avec les écrans et la possibilité qu'il a de les partager. Par exemple, jouer avec des camarades à un jeu vidéo." Ce qui importe également, ajoute-t-i...


Lire la suite sur Europe1