La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 350,32
    -218,02 (-1,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Voici pourquoi les adieux triomphants de Mélenchon ne le sont pas tout à fait

Bertrand GUAY / AFP

S'il n'a pas réussi son pari d'entrer à Matignon, le chef de file de la France insoumise a réussi à mettre Macron en minorité, grâce à sa performative alliance de la gauche.

Ce n'est pas la victoire tant attendue et , mais dimanche soir, les militants de l'union de la gauche réunis dans une salle de concert parisienne ont célébré les résultats des élections législatives comme un véritable succès électoral. Avec 137 députés à l'Assemblée nationale, la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) prive Emmanuel Macron de majorité absolue et ouvre une page inédite de l'histoire politique française. "C'est une situation totalement inattendue, absolument inouïe, la déroute du parti présidentiel est totale", s'est félicité Jean-Luc Mélenchon. "On l'a battu, il n'a pas la majorité. Avec quatre bouts de ficelles et trois bouts de laine, ce n'est pas rien." Faute de remporter la majorité, les centaines de militants de la Nupes ont exulté devant l'élimination de figures phares de la macronie, à commencer par le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, le patron du groupe LREM à l'Assemblée Christophe Castaner, ou la ministre en charge de la Transition écologique Amélie de Montchalin, trois très proches du président de la République. "Quel bon débarras d'avoir jeté Castaner l'éborgneur, Monsieur Blanquer ou l'injurieuse Montchalin", s'est réjoui le chef de file des insoumis, sous les acclamations du public.

Ombre au tableau

Tout au long de la soirée, les cadres insoumis ont multiplié les superlatifs pour se réjouir de la déconvenue infligée au troupes macronistes. "C'est une rouste absolue pour Emmanuel Macron qui ne sera pas en capacité de gouverner", s'est enorgueillie Sarah Legrain, élue député LFI de Paris, dès le premier tour des élections législatives. "Le macronisme est en pleine déliquescence intellectuelle", renchérissait Thomas Luquet, candidat dans la 1ere circonscription parisienne. L'avocate Caroline Mécary, opposée à Clément Beaune, dans l'un des duels les plus relevés de ce second tour de législatives, y voyait elle le "résultat de la politique de ces cinq dernières années : le libéralisme de Nicolas Sarkozy, l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles