La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 837,60
    -140,48 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    11 446,75
    -174,96 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 300,54
    -702,74 (-3,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    522,68
    -15,19 (-2,82 %)
     
  • S&P 500

    4 032,95
    -37,61 (-0,92 %)
     

Électrique ou pas, pourquoi le 4x4 a toujours sa place

Image © Munro Vehicles

Est-il bien raisonnable de venir à l’automobile par le 4x4 lourd ? La jeune pousse écossaise Munro répond par l’affirmative. Au prétexte que les professionnels ont besoin de véhicules tout-terrain conçus tels des outils de travail, et pas de SUV pensés comme des accessoires de mode.

Les automobilistes qui apprécient les véhicules aux formes travaillées seront proprement horrifiés par l’aspect brut de décoffrage du 4x4 à vocation utilitaire appelé Munro MK_1 (prononcez Mark One). Brutale et simpliste, sa carrosserie façon origami vise une économie de fabrication et de réparation à laquelle même le Grenadier d'Ineos ne peut s’astreindre.

Pourtant les ingénieurs Ineos se vantent d’avoir su mettre de côté les effets de style pour se focaliser sur les aspects fonctionnels, seule manière disent-ils de satisfaire les exigences de la clientèle visée.

En l’occurrence, il s’agit des entrepreneurs du bâtiment, des agriculteurs, des éleveurs, des artisans, des dépanneurs et des secouristes qui interviennent dans les régions accidentées. Leurs besoins ne peuvent être pleinement satisfaits par les utilitaires légers (limités en termes de capacité de franchissement comme de remorquage) ni par les petits camions, jugés trop lourds, trop encombrants et trop voraces en carburant.

Rustique, le Munro MK_1 laisse l’opulence au Mercedes Classe G électrique

Jusqu’à son arrêt en 2019, le Land Rover Defender répondait merveilleusement bien à ces attentes. Mais son constructeur a décidé de le remplacer par un véhicule nettement plus coûteux, plus sophistiqué et — pour tout dire — trop raffiné pour endurer les mauvais traitements.

C’est toute la différence entre un véhicule particulier et une machine professionnelle. “L’ingénierie mise en œuvre dans notre Munro MK_1 est résolument agricole”, se vantent ses concepteurs écossais Russell Peterson et Ross Anderson. Le premier a grandi sur une ferme et gérait une entreprise du bâtiment avant de se lancer dans la construction automobile en 2019. C’est dire s’il connaît les vertus et les faiblesses des véhicules utilitaires.

Lire aussiPourquoi Ineos mise sur un gros 4x4 essence et Diesel

“La clientèle que rebute le qualificatif d’agricole ne figure probablement pas dans notre cible. Car l’expérience montre que les véhicules [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi