Marchés français ouverture 6 h 10 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 730,45
    -369,93 (-1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2044
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    46 568,46
    -124,78 (-0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,65
    +46,23 (+3,75 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

PouleHouse: respecter la poule pour obtenir de bons oeufs

·2 min de lecture

Poulehouse propose des œufs produits dans le respect absolu de la vie des poules, et garantit que ces dernières auront une vie digne et qu’elles mourront de leur mort naturelle. Cette start-up fait partie de la sélection "100 start-up où investir en 2021” de Challenges.

Capitaux recherchés: 5 millions d’euros

“Chaque année en France, on tue 50 millions de poussins mâles, dès leur naissance, et autant de poules pondeuses de plus de 18 mois, qui sont moins productives, mais qui pondent encore très bien!” Voilà les chiffres effarants qui ont conduit Fabien Sauleman, 50 ans, Skema, entrepreneur récidiviste, devenu végétarien, à lancer “l’oeuf qui ne tue pas la poule”, avec Sébastien Neusch, 40 ans et Elodie Pellegrain, 27 ans. Ils se sont posé une question simple: le consommateur est-il prêt à payer bien plus cher pour garantir le bien-être animal? Après un sondage sur Facebook, la réponse était sans appel: oui! Depuis 2017, PouleHouse propose donc une boîte de 6 œufs bios au tarif élevé de 6 euros (compter 3,99 euros pour celle d'œufs conventionnels, mais de poules élevées en plein air), qui garantissent au consommateur qu’aucune volaille n’a été tuée dans le procédé. La start-up a noué des partenariats avec des éleveurs responsables, et possède elle-même une ferme dans le Limousin, et bientôt trois autres en Bretagne. “Nos deux forces, c'est d’être capables d'emmener les poules au-delà de 18 mois, en adaptant l’habitation, l’alimentation et le mode de production à chaque âge de leur vie, et notre savoir-faire marketing, de pédagogie envers le consommateur”, estime Fabien Sauleman. La start-up parisienne, dont le chiffre d’affaires a triplé l’an dernier, à 4,3 millions d’euros, est présente chez Biocoop et Naturalia, mais aussi Monoprix, Carrefour, Casino et depuis peu, tous les Intermarché de l’Hexagone. Après une levée de 2 millions d’euros en 2019, elle cherche des fonds pour se lancer en B2B, dans le segment des ovoproduits, utilisés par les industriels, et se développer à l’international.

Contact: fabien@poulehouse.fr

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi