Marchés français ouverture 4 h 17 min
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 348,10
    -93,20 (-0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 599,91
    -38,62 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    33 068,32
    -360,55 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    994,92
    -15,69 (-1,55 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     

La Poste: des dizaines de manifestations en France pour la défense des salaires et de l'emploi

·2 min de lecture
Un bureau de poste à Toulouse, le 4 avril 2019

Plusieurs dizaines de manifestations et actions de postiers, appelés à la grève par les fédérations CGT-FAPT et SUD-PTT, ont eu lieu mardi en France et plusieurs centaines de militants se sont notamment rassemblés en Ile-de-France autour du siège du groupe pour défendre l'emploi, des conditions de travail et des salaires.

"Près d'une centaine de piquets de grève et/ou de départs en manif ont eu lieu sur tout le territoire, ce qui témoigne d'une véritable dynamique", se félicite dans un communiqué la CGT-FAPT.

"C'est un coup de semonce pour La Poste, qui n'entend pas les attentes et les besoins du personnel, pas plus que ceux des usagers, des élus, favorisant en permanence la division par tous les moyens", estime encore la fédération.

La direction a fait état vers 18H00 d'un taux de grévistes au niveau national de 7,02%.

En région parisienne, la police a dénombré environ 400 personnes rassemblés dans la matinée autour du siège de La Poste à Paris et Issy-les-Moulineaux.

Le mouvement avait été appelé par la CGT-FAPT et SUD-PTT, relayées localement par des intersyndicales incluant FO, la CFDT, la CFTC et l'Unsa.

"Il y a pas mal de disparités, mais c'est une journée historique en terme de nombre de rassemblements", a réagi Gaël Quirante, l'un des organisateurs SUD-PTT de la manifestation parisienne. "Pour l'instant, nous avons comptabilisé pour notre part au moins 60 rassemblements".

"A Paris, Nantes, Marseille, Bordeaux et Caen, cela représente 3.000 personnes. Il y a un vrai agacement, une vraie colère. Le débat, c'est: est-ce-que c'est aujourd'hui le top départ d'une mobilisation nationale tous métiers à la Poste?", a-t-il ajouté.

"A Bordeaux, l'intersyndicale locale (SUD-PTT et CGT-FAPT) a ainsi proposé que toutes les intersyndicales locales discutent d'une grève de tous les métiers du groupe le 10 juin", a-t-il complété.

Depuis plusieurs mois, les tensions se multiplient et de nombreux services (courrier, réseau, centres financiers...) contestent le plan stratégique de leur direction et la réorganisation du groupe.

Les syndicats assurent que ce plan va accélérer les suppressions de bureaux de poste ou renforcer la précarisation avec des transferts d'activités à la sous-traitance ou vers des filiales.

La pandémie de Covid-19 a eu sur la Poste un impact négatif de 2,3 milliards d'euros, selon la direction. Mais cela a été plus que compensé par la comptabilisation des titres CNP Assurances, dont le groupe a pris le contrôle le 4 mars et qui a apporté 3,6 milliards d'euros au résultat net.

Pour 2020, La Poste affiche un bénéfice net de 2,1 milliards d'euros, contre 822 millions en 2019.

cd/cel/pb