La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 251,25
    -228,35 (-0,66 %)
     
  • Nasdaq

    14 123,74
    +54,32 (+0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    29 161,80
    +213,07 (+0,74 %)
     
  • dólar/euro

    1,2132
    +0,0025 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 396,90
    +3 408,67 (+11,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 009,85
    +41,01 (+4,23 %)
     
  • S&P 500

    4 237,56
    -9,88 (-0,23 %)
     

Portrait-robot des salariés de "deuxième ligne", plus précaires mais pas moins fiers de leur travail

·2 min de lecture

Boulangers, caissières, conducteurs... Qui sont ces salariés de "deuxième ligne" qui ont continué à travailler malgré la pandémie? Une étude de la Dares s'est penché sur leurs profils et leurs conditions de travail.

Ils sont bouchers, caissières, maraîchers, agricultrices, aides ménagères, ouvriers, boulangères, aides à domicile, conducteurs de poids lourds... Leurs métiers sont très différents et pourtant, depuis mars 2020, deux points communs les rassemblent : être plus fortement exposés au dans le cadre de leur travail et avoir continué à travailler coûte que coûte, alors que la France, mise sous cloche, était à l'arrêt. "Sans ces travailleurs de deuxième ligne, notre société se serait effondrée", martelait le chef de file de la CFDT Laurent Berger en janvier dernier en poussant pour une revalorisation des grilles salariales de plusieurs secteurs.

Qui sont-ils, au final, ces "héros du quotidien", ces travailleurs "essentiels" que la pandémie a mis sur le devant la scène? C'est à cette question que la Dares, service de statistiques du ministère du Travail, répond dans le cadre d'une étude publiée ce mardi 18 mai. Intitulée "Quelles sont les conditions de travail des métiers de la 'deuxième ligne' de la crise Covid?"*, elle avait été présentée en préambule du sommet social de mars dernier. Depuis, hormis la reconduction d'une prime défiscalisée allant jusqu'à 2.000 euros attribuée selon le bon vouloir des employeurs, peu a finalement été acté en faveur de ces "premiers de corvée". Voici leur portrait-robot.

4,6 millions de Français

Au total, la Dares a établi une liste de 17 métiers impossibles à exercer à distance et indispensables à la continuité de l'économie (hors soignants et enseignants). On y retrouve aussi bien des ouvriers qualifiés de manutention que des aides ménagères, en passant par des éleveurs, , des conducteurs de véhicules, des agents d'entretien ou encore des viticulteurs. Ils sont 4,6 millions et évoluent dans des corps de métiers généralement très genrés. "Les femmes sont pratiquement absentes des métiers du bâtiment (1,2% parmi les ouvriers non qualifiés du gros œuvre), tandis qu’elles représentent la quasi-totalité (95%) des aides à domicile et aides mén[...]

Lire la suite sur challenges.fr