Marchés français ouverture 1 h 16 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 543,75
    +680,98 (+2,36 %)
     
  • BTC-EUR

    30 343,64
    +170,65 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    721,80
    -13,34 (-1,82 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Comment le port normand de Dieppe compte tirer parti du Brexit

·2 min de lecture

REPORTAGE - Dieppe espère que le Brexit lui apportera des bienfaits. Il s'est préparé aux changements, en misant sur sa ligne de ferries avec Newhaven, en pariant sur le rétablissement du duty free et en se spécialisant dans les contrôles vétérinaires sur les chevaux. En cas d'engorgement des liaisons au départ de Calais-Boulogne, le petit port normand est prêt à jouer les recours.

Le 2 janvier 2021, à 4 h 30 du matin, le "Côte d’Albâtre" a accosté à Dieppe en provenance de Newhaven, en Angleterre. Le premier ferry ! Nicolas Langlois, maire PC du port normand, et Sébastien Jumel, député communiste de la circonscription, qui fut premier magistrat de la ville une décennie durant, étaient présents au terminal Transmanche, à l’arrivée du bateau. Dans le froid et la nuit noire, ils ont assisté au débarquement de 9 camions et 15 voitures, qui se sont pliés aux toutes nouvelles règles imposées par le divorce avec Londres: .

L'habitude d'affronter les tempêtes

Depuis, une semaine s’est écoulée. Les rotations quotidiennes de la compagnie DFDS se sont poursuivies. "Le flux de fret est assez faible, étant donné la situation sanitaire compliquée de l’autre côté, commente Nicolas Langlois. C’est pire, pour les touristes." Le maire reste néanmoins assez optimiste pour l’avenir. "A Dieppe, on a l’habitude d’affronter les tempêtes, et le Brexit c’est une tempête! Nous nous y sommes préparés. Très tôt nous avons fait le pari que ce divorce, il y avait peut-être quelque chose de bien à en tirer!"

Si la municipalité a voulu faire du Brexit un atout, c'est notamment grâce à son port, qui génère, avec les ferries, la pêche, la plaisance et la construction navale, un millier d'emplois, soit un job sur 12 à Dieppe. "Poumon économique", selon la préfecture, la liaison Transmanche permet d'ordinaire l’acheminement 350.000 passagers en moyenne par an et de 1.360.000 tonnes de fret, ce qui représente 82 millions euros de retombées économiques sur le territoire normand et 2.500 emplois directs et indirects. A l'avenir, son rôle devrait grandir. Car, à la fin de l’année dernière, alors qu’il était encore empêtré dans le psychodrame des négociations commerciales avec Bruxelles, le gouvernement britannique a annoncé qu’il allait financer dès le 1er janvier 2021, une 3ème rotation quotidienne au départ de Dieppe. Le but: s’assurer qu’en cas de pénurie de produits de première[...]

Lire la suite sur challenges.fr

MyFerryLink (ex-SeaFrance) candidat pour exploiter la ligne Dieppe-NewhavenArrivée à pic - DieppeDouane, expatriés, duty free... Les bons et les mauvais côtés du Brexit pour les EuropéensLes dirigeants de l'UE ont signé l'accord post-BrexitBrexit: "un peu de casse" chez les pêcheurs mais "l'Etat sera là", assure Annick Girardin