Publicité
La bourse ferme dans 6 h 58 min
  • CAC 40

    7 658,70
    -48,19 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 923,12
    -27,86 (-0,56 %)
     
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,91 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0735
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • Gold future

    2 338,50
    -5,90 (-0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 590,99
    -1 841,83 (-3,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 264,32
    +15,20 (+1,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,63
    0,00 (0,00 %)
     
  • DAX

    18 103,60
    -221,98 (-1,21 %)
     
  • FTSE 100

    8 284,06
    +2,51 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2698
    +0,0010 (+0,08 %)
     

Port de l’uniforme à l’école : quand les déclarations politiques partent dans tous les sens

Presque autant que l'interdiction de l'abaya, l'expérimentation annoncée du port de l'uniforme à l'école a concentré l'attention politique et médiatique en ce début d'année scolaire. Ce qui a donné lieu à des scènes et des commentaires étonnants…

POLITIQUE - Qu’ils soient pour ou contre le port de l’uniforme à l’école, les politiques ne manquent pas d’inspiration pour ajouter leur grain de sel au débat qui agite le pays en cette période de rentrée scolaire. Car comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, cette expérimentation proposée par le tout nouveau ministre de l’Éducation nationale Gabriel Attal et dont les contours doivent encore être précisés est loin d’avoir laissé de marbre, quel que soit le bord politique.

À l’extrême droite, le député RN Sébastien Chenu appelle cette mesure de ses vœux, puisqu’elle ferait selon lui partie des « solutions pour ne pas se laisser déborder par les pénétrations islamistes », comme il l’a dit sur France 2 le 4 septembre. La sénatrice LR Valérie Boyer y voit, elle, l’occasion de « réaffirmer notre souveraineté » en faisant fabriquer ces tenues scolaires en France.

« C’est la Fashion Week, en fait »

À gauche, le député LFI Sébastien Delogu s’agace sur BFMTV de « ces gens qui se croient dans Harry Potter » en voulant imposer une tenue identique à tous les élèves, tandis que le maire de Marseille Benoît Payan s’indigne que la rentrée scolaire se transforme en « Fashion Week », entre polémique sur l’abaya et donc sur l’uniforme.

PUBLICITÉ

Dans une interview donnée à la chaîne YouTube HugoDécrypte, le président Macron n’a pas manqué d’exposer sa vision, avec des propositions parfois étonnantes. « Sans avoir un uniforme, on peut dire “Vous vous mettez en jeans, t-shirt et veste” », a-t-il fait valoir, évoquant des souvenirs d’enfance « où l’on se fait refouler » par le proviseur à cause de la dernière paire de baskets à la mode.

Année après année, l’uniforme enflamme régulièrement les débats politiques dans l’Hexagone. Pour l’historienne de l’éducation Laurence De Cock, « ce débat a commencé à émerger dès que les discours nostalgiques sur l’école se sont multipliés, au moment de la massification scolaire dans les années 1970 », comme elle l’explique à l’AFP. Pour rappel, et même si les petits Français ont parfois porté des blouses pour éviter les taches d’encre, les uniformes scolaires n’ont jamais été obligatoires dans l’enseignement public en France métropolitaine. Il est donc impropre d’appeler à « un retour de l’uniforme ».

À voir également sur Le HuffPost :

Rentrée scolaire : pourquoi Emmanuel Macron défend-il l’expérimentation de l’uniforme à l’école ?

Éric Ciotti plaide pour le « retour de l’uniforme » à l’école (qui n’a jamais été instauré)

VIDÉO - Port de l'uniforme: "Ce n'est pas une solution miracle mais elle mérite d'être testée" affirme Gabriel Attal, ministre de l'Éducation