Publicité
La bourse ferme dans 2 h 31 min
  • CAC 40

    8 211,15
    +43,65 (+0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 074,71
    +2,26 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,19 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    2 416,20
    -1,20 (-0,05 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 641,95
    +51,82 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 363,47
    +9,05 (+0,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,64
    -0,42 (-0,52 %)
     
  • DAX

    18 781,82
    +77,40 (+0,41 %)
     
  • FTSE 100

    8 423,45
    +3,19 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,33 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    39 069,68
    +282,30 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    19 636,22
    +82,61 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,2698
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Pornographie : la moitié des garçons de 12-13 ans consulte des sites chaque mois

Une étude publiée le 25 mai 2023, réalisée par Médiamétrie et commandée par l’Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique), livre un constat effarant sur la consommation de contenus pornographiques chez les mineurs en France. 30 % des mineurs consultent chaque mois au moins un site pornographique. En comparaison, le nombre d’adultes consultant ces mêmes sites, est à peine plus élevé, avec 37 %.

Ainsi, chaque mois, 2,3 millions de mineurs sont exposés à des contenus pornographiques, pendant plus de 50 minutes, en moyenne. Un chiffre en large progression depuis plusieurs années, puisqu’ils sont 600 000 mineurs de plus depuis l’automne 2017.

Ce constat est d’autant plus inquiétant que cette pratique commence dès le plus jeune âge. En moyenne, 21 % des garçons de 10-11 ans regardent des sites pornographiques chaque mois. Et le pourcentage grimpe même à 51 % chez les garçons de 12-13 ans.

Une fréquentation de ces sites plus faible chez les filles

L’étude relève également que les trois quarts des mineurs (75 %) utilisent leur téléphone pour consulter ces contenus. Cette pratique ne concerne que la moitié des majeurs. La facilité d’accès au smartphone, pourrait justifier la croissance observée depuis plusieurs années chez les mineurs.

On note également des disparités...

Lire la suite