Publicité
La bourse ferme dans 6 h 24 min
  • CAC 40

    8 097,11
    +5,00 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 040,26
    +15,09 (+0,30 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 361,10
    -31,80 (-1,33 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 250,89
    -253,36 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 498,87
    -3,79 (-0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,50
    -0,07 (-0,09 %)
     
  • DAX

    18 690,92
    +10,72 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    8 354,84
    -15,49 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2716
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Ponts de mai 2024 : les parents qui font rater l’école, peuvent-ils être sanctionnés ?

Ponts de mai 2024 : les parents qui font rater l’école, peuvent-ils être sanctionnés ?

Le mois de mai offre une opportunité rare aux écoliers de la zone B, en vacances du 19 avril au 6 mai, de profiter de trois semaines de congés consécutives. En effet, en ratant le lundi 6 et le mardi 7 mai, les élèves peuvent aligner leur congé avec les jours fériés du 8 mai et de l'Ascension, ainsi qu'avec un «pont» prévu par l'Éducation nationale les vendredis 10 et samedi 11 mai. Une tentation pour les familles cherchant à prolonger leurs vacances. Nos collègues de La Voix du Nord se sont posé la question de savoir ce que risquent les parents qui ne mettraient pas leur enfant à l’école à la rentrée des vacances de Pâques.

D'un point de vue légal, l'école est obligatoire de 3 à 16 ans et les parents doivent assurer la présence de leur enfant, sous peine de sanctions. Le Code de l'Éducation prévoit des motifs légitimes pour lesquels l'absence d'un enfant est autorisée, tels que la maladie de l'enfant ou d'un proche, ou une réunion familiale importante. Si les parents n'informent pas l'établissement scolaire de l'absence de leur enfant, des sanctions peuvent être appliquées. Cependant, il est rare que des mesures répressives soient prises pour quelques jours d'absence.

En cas d'absentéisme répété et non justifié, les parents peuvent être convoqués par le chef d'établissement, ou par le Directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN). Des mises en demeure peuvent être adressées aux parents, et en dernier recours, une amende de 135 euros peut leur être infligée. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mariage de milliardaire à l’Eden Roc : les détails dévoilés
Brad Pitt et Angelina Jolie n’ont pas fini de se déchirer pour la vente de Miraval
Madonna : les chiffres fous de son concert géant à Rio
Fièvre de Lassa : faut-il craindre une vague épidémique en France ?
Dorian Tudeau : “Les réseaux sociaux ont changé ma vie”