La bourse ferme dans 4 h 21 min

Ces polytechniciens et normaliens qui ne payent pas leur "pantoufle" à l'État

Ils sont diplômés de l’ENA, de l’École polytechnique, de l’École nationale de la magistrature (ENM) ou encore des différentes entités de l’École normale supérieure (ENS) et ils doivent d’importantes sommes à l’État. Pour la première fois, le gouvernement a rendu public le nombre de hauts fonctionnaires issus de ces établissements soumis au remboursement de leurs frais de scolarité. À la sortie de leur scolarité, les diplômés sont en effet tenus à une obligation de servir l’État pendant une période minimale de 10 ans, faute de quoi ils doivent payer leurs frais de scolarité, explique la Lettre A.

Mais, les ruptures d’engagement ne sont pas rares. En 2018, 18 polytechniciens ont rejoint le secteur privé avant la fin de leur période d’engagement dans le secteur public. Ils ont dû rembourser des frais pouvant aller jusqu’à 31.000 euros. Du côté de l’ENA, cinq hauts fonctionnaires sont concernés par cette situation pour des remboursements pouvant aller jusqu’à deux ans de leur salaire. Enfin à l’ENM, cinq anciens élèves ont quitté la magistrature avant la fin de leur période d’engagement.

Augmentation des transferts

Les avances des frais de scolarité dont bénéficient tous ces diplômés de grandes écoles sont appelés des "pantoufles". Et ceux qui tardent à les rembourser après avoir quitté la fonction publique ne sont pas rares. En 2018, 23 polytechniciens, trois magistrats et 23 normaliens ont dépassé le délai de paiement accordé. Et la situation pourrait s’aggraver : les contingents de transfert des diplômés des Écoles normales supérieures vers le secteur privé augmentent depuis une dizaine d’années.

>> A lire aussi - “Le système des grandes écoles a créé une multitude de plafonds de verre !”

La publication de ces transferts a été rendue obligatoire dans le cadre de la loi sur la fonction publique, votée le 6 août dernier, et malgré de fortes réticences du gouvernement, détaille Public Sénat. Les grandes écoles préfèrent en effet passer sous silence ces ruptures d’engagement

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : Jeremy Corbyn prouve les mensonges de Boris Johnson
Pourquoi le succès des boîtiers bioéthanol E85 est plus important qu’annoncé
Coca-Cola, L’Oreal, Monoprix… que font ces marques sur le “mur de la honte” de Valeurs Actuelles ?
Alibaba, TikTok, Tencent... les GAFA chinois plantent leur drapeau en France
Les hypermarchés Auchan perdent de l'argent, pour la première fois de leur histoire