Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 954,48
    +742,76 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    18 509,34
    +36,77 (+0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    41 275,08
    +84,40 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0900
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 727,98
    -287,96 (-1,60 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 340,82
    +803,92 (+1,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,89
    +6,93 (+0,52 %)
     
  • S&P 500

    5 667,20
    +35,98 (+0,64 %)
     

La Polynésie française a un nouveau président, l’indépendantiste Moetai Brotherson

© Suliane FAVENNEC

L'indépendantiste Moetai Brotherson a été largement élu vendredi président de la Polynésie française, par les représentants de l'Assemblée locale de cette collectivité du Pacifique Sud.

Cet ancien pilier de rugby de 53 ans, favorable à une transition douce vers l'indépendance, a été choisi par les 38 représentants indépendantistes de l'Assemblée, élus lors des élections territoriales du 30 avril.

"Responsabilité et respect"

Dans une Assemblée territoriale de 57 sièges, où les indépendantistes disposent ainsi d'une majorité absolue, les représentants ont accordé également 16 voix au président autonomiste sortant Edouard Fritch et trois à une autre candidate autonomiste, Nicole Sanquer. La veille, ils avaient élu un autre indépendantiste, Antony Géros, à la tête de l'Assemblée.

PUBLICITÉ

Dans un discours prononcé sans notes, Moetai Brotherson a assuré la France de son "respect" tout en appelant la population à ne "pas craindre l'indépendance", qui ne sera "jamais imposée" aux Polynésiens.

"Avec responsabilité et respect, nous mènerons ensemble un travail exigeant pour répondre aux problématiques que rencontrent les Polynésiens au quotidien", a écrit sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, adressant ses "félicitations" au nouveau président.

Malgré la réinscription en 2013 de la Polynésie française sur la liste de l'ONU des territoires non-autonomes à décoloniser, la France n'a jamais souhaité engager de négociations autour de sa décolonisation.

Loin de l'esprit a...


Lire la suite sur ParisMatch