Publicité
La bourse ferme dans 2 h 3 min
  • CAC 40

    7 638,41
    -68,48 (-0,89 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 924,70
    -26,28 (-0,53 %)
     
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,91 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0708
    -0,0029 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    2 338,50
    -5,90 (-0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 166,64
    +34,35 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 268,94
    +19,82 (+1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,50
    -0,13 (-0,16 %)
     
  • DAX

    18 149,28
    -176,30 (-0,96 %)
     
  • FTSE 100

    8 264,88
    -16,67 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2682
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Polynésie française: l'indépendantiste Moetai Brotherson élu président

Mike LEYRAL / AFP

L'ancien pilier de rugby de 53 ans se dit favorable à une transition douce vers l'indépendance vis-à-vis de la France. Il espère un référendum d'autodétermination d'ici une dizaine d'années.

L'indépendantiste Moetai Brotherson a été largement élu vendredi président de la Polynésie française, par les représentants de l'Assemblée locale de cette collectivité du Pacifique Sud.

Cet ancien pilier de rugby de 53 ans, favorable à une transition douce vers l'indépendance, a été choisi par les 38 représentants indépendantistes de l'Assemblée, élus lors des élections territoriales du 30 avril.

Dans une Assemblée territoriale de 57 sièges, où les indépendantistes disposent ainsi d'une majorité absolue, les représentants ont accordé également 16 voix au président autonomiste sortant Édouard Fritch, et 3 à une autre candidate autonomiste, Nicole Sanquer. La veille, ils avaient élu un autre indépendantiste, Antony Géros, à la tête de l'Assemblée.

"Ne pas craindre l'indépendance"

Dans un discours prononcé sans notes, Moetai Brotherson a assuré la France de son "respect" tout en appelant la population à ne "pas craindre l'indépendance", qui ne sera "jamais imposée" aux Polynésiens.

PUBLICITÉ

Malgré la réinscription en 2013 de la Polynésie française sur la liste de l'ONU des territoires non-autonomes à décoloniser, la France n'a jamais souhaité engager de négociations autour de la décolonisation de cette collectivité.

Loin de l'esprit apaisé affiché par Moetai Brotherson, le nouveau président de l'Assemblée, Antony Géros, a estimé dans son premier discours que la France avait "usé de son autorité pour faire et défaire les majorités au gré de son intérêt, jusqu'à venir instrumentaliser les élus" pendant l'instabilité politique, entre 2004 et 2013.

Antony Géros, un proche d'Oscar Temaru, le président-fondateur du Tavini Huiraatira, représente la ligne radicale du parti indépendantiste polynésien, qui souhaite une indépendance rapide.

Un référendum d'autodétermination "dans 10 à 15 ans"?

Moetai Brotherson a au contraire indiqué qu'il espérait un référendum d'autodétermination "dans 10 à 15 ans" et estimé "ne pas pouvoir y arriver dans les cinq ans qui viennent dans de bonnes conditions".

Leur large majorité n'ayant pas grand chose à craindre de l'opposition autonomiste, la principale interrogation porte sur la cohabitation entre ces deux lignes, dont l'une va contrôler le gouvernement et l'autre l'Assemblée.

En Polynésie, la vague de dégagisme a frappé de plein fouet les autonomistes, dont certains, comme Édouard Fritch ou Gaston Tong Sang, étaient au pouvoir de manière quasi-continue depuis une quarantaine d'années.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Préservation des océans : en Polynésie, des enfants bouturent des coraux