Publicité
Marchés français ouverture 5 h 40 min
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    38 991,52
    +114,81 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0815
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    0,00 (0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 106,32
    +1 032,09 (+1,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,85
    +55,81 (+4,00 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     

Polynésie française : les essais nucléaires ont eu un impact réel sur le risque de cancer de la thyroïde

©Pixabay/Pexels

Pendant 30 ans, la France a réalisé près de 200 essais nucléaires dans le Pacifique jusqu’en 1996. Leur impact est faible, mais pas inexistant, sur le risque de cancer de la thyroïde, selon une nouvelle étude présentée ce lundi 15 mai par l'Inserm, qui exploite pour la première fois des données déclassifiées de l'armée.

Dans cette étude, dont les résultats sont publiés dans JAMA Network Open, les scientifiques ont procédé à une analyse de prédiction des risques, selon laquelle les essais nucléaires réalisés par la France pendant des dizaines d'années dans l'archipel pourraient être responsables de 0,6% à 7,7% des cas de ce cancer. « Il s'agit de la proportion de cancers de la thyroïde attribuable aux essais parmi tous les cancers de la thyroïde qu'ont ou que vont développer les personnes présentes au moment des essais toutes îles confondues », a expliqué à l'AFP Florent de Vathaire, chercheur Inserm à Gustave-Roussy, premier auteur de l’étude. Soit un impact « faible, mais pas du tout inexistant », selon lui.

Lire aussi >> Le plus jeune député de la Ve République : qui est Tematai Le Gayic, 21 ans, élu en Polynésie ?

« C'est la première étude qui utilise les rapports confidentiels de l'armée déclassés en 2013. »

Après des premiers travaux, publiés en 2010, la même équipe de recherche a mené une deuxième étude épidémiologique portant sur 395 cas de cancers de la thyroïde diagnostiqués entre 1984 et 2016 en Polynésie et 555 témoins de la population générale. « C'est la première étude qui utilise les rapports confidentiels de l'armée déclassés en 2013 », a insisté M. de Vathaire.

PUBLICITÉ

Grâce à ces documents déclassifiés, aux données météorologiques et à un interrogatoire de chaque cas et témoin, les auteurs ont pu simuler le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi