La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    14 455,44
    +125,43 (+0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3313
    -0,0044 (-0,33 %)
     

En Pologne, la mobilisation des pro-avortement continue malgré le Covid

·1 min de lecture

L’éclair rouge, symbole de cette colère, était visible sur toutes les pancartes des manifestants vendredi. Depuis dix jours, la révolte s’est abattue sur les grandes villes de Pologne, de Varsovie, à Cracovie, en passant par Gdansk. Des dizaines de milliers de personnes bravent les restrictions contre le Covid-19 pour dire "non" à la décision du Tribunal constitutionnel d’interdire l’IVG en cas de malformation du fœtus.

>> LIRE AUSSIL'IVG quasi-interdit en Pologne : "On a peur pour la santé et la vie des femmes"

Une loi anti-avortement déjà parmi les plus restrictives d’Europe

Dans ce pays de 38 millions d’habitants et très majoritairement catholique, les conservateurs s’attaquent à une loi anti-avortement déjà parmi les plus restrictives d’Europe. Si la mesure est actée, cela veut dire qu’une Polonaise ne pourra avorter qu’en cas de viol, d’inceste ou si la vie de la mère est en danger.

Des dizaines de milliers de Polonaises avortent clandestinement ou à l’étranger

En Pologne, seulement 2.000 avortements légaux sont réalisés chaque année, mais des dizaines de milliers de Polonaises avortent clandestinement ou à l’étranger. "On en a assez", "Mon corps, c’est mon choix" scandent les manifestantes. Le mouvement, baptisé "la grève des femmes", assurent que les manifestations vont se poursuivre jusqu’à l’ouverture d’un dialogue avec le gouvernement.


Lire la suite sur Europe1