Publicité
Marchés français ouverture 3 h 9 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 605,85
    +123,74 (+0,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0740
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 264,45
    +348,90 (+1,95 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 959,46
    -69,41 (-0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 350,12
    -39,28 (-2,82 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

En Pologne, la « fée ukrainienne de l'avortement » vient en aide aux réfugiées

© Serhii Ivashchuk / iStock

Des millions de femmes ont fui l’Ukraine depuis le début de la guerre, le 24 février 2022. En Pologne, Nastya Podorojnya, une Ukrainienne de 26 ans installée depuis plusieurs années vient en aide à ses compatriotes, notamment pour celles qui ont besoin d’une interruption volontaire de grossesse.

Début 2022, la Russie lance son offensive sur l’Ukraine. Nastya Podorojnya, Ukrainienne installée en Pologne depuis 2014, décide alors de lancer un canal sur le réseau Telegram pour soutenir les femmes fuyant la guerre.

Baptisée « Martynka », le prénom de sa nièce, cette ligne d’assistance propose son aide pour les démarches pour obtenir le droit de séjour en Pologne, des traductions ou encore un soutien psychologique. « Martynka est ton amie en Pologne. Si tu n’as personne ici, Martynka est toujours là », résume Nastya.

Elle-même victime d’une tentative de viol en Pologne, où elle est initialement venue pour étudier il y a dix ans, Nastya s’est rendu compte à quel point il était difficile pour une immigrée de parler de son vécu dans une langue étrangère ».

PUBLICITÉ

Face à un tribunal, elle avait dû répondre à une série de questions détaillées, certaines portant même sur ses notes d’écolière… C’est ce vécu qui la pousse à venir en aide aux réfugiées aujourd’hui, notamment lorsque ces femmes en détresse sont confrontées à une grossesse non voulue.

La Pologne a accueilli environ 1,2 million de réfugiés ukrainiens, principalement des femmes, selon les statistiques locales. Pays de tradition catholique, le pays avait déjà l’une des lois les plus restrictives d’Europe en matière d’avortement lorsque la Cour constitutionnelle s’est rangée du côté du gouvernement populiste nationaliste en déclarant les interruptions...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi