Publicité
Marchés français ouverture 7 h 18 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0752
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 310,12
    -224,64 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,85
    +45,10 (+3,37 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Vous avez un besoin fréquent d'uriner ? Symptômes, causes et traitements de la pollakiurie

Ivan-balvan / iStock

Vous pensez avoir une petite vessie ? Vous vous rendez plus de sept fois par jour au toilettes pour quelques gouttes ? La pollakiurie, ou vessie hyperactive, est la plupart du temps anodine mais il convient de consulter car elle peut être le signe d'une affection sévère des voies urinaires, pouvant avoir de nombreuses répercussions sur la santé. L'envie fréquente d'uriner peut survenir le jour et/ou la nuit, et provoquer, ou non, des sensations de brûlure. Quelles sont les conséquences ?

Sur son site, l’Assurance maladie indique que la pollakiurie correspond à une "envie fréquente d’uriner", qui se manifeste plus de sept fois dans la journée et plus d’une fois pendant la nuit (ou nycturie). Dans les cas les plus sévères, une personne peut aller aux toilettes toutes les quinze à vingt minutes.

De nombreux signes peuvent faire penser à une pollakiurie. Chaque miction (soit le fait de faire pipi) sera tout d’abord "peu abondante" : Ameli parle de moins de 100 ml, ou l’équivalent d’un petit verre d’eau, contre 350 ml environ en temps normal. La vessie ne se vide alors pas toujours complètement. En plus d’une envie régulière d’aller aux toilettes, cette affection peut également s’accompagner d’autres symptômes tels qu’un besoin pressant d’uriner, des brûlures ou encore des fuites urinaires.

Les causes de la pollakiurie sont multiples. Premièrement, la grossesse peut entraîner une pollakiurie : celle-ci est due aux changements hormonaux et à la "pression de l’utérus sur la vessie". Elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite