Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 420,70
    -1,20 (-0,05 %)
     
  • Bitcoin EUR

    55 020,07
    +1 314,75 (+2,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 249,53
    +50,96 (+4,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,21
    -0,41 (-0,50 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,58 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Politique probusiness, baisse d’impôts, taux de chômage… Le bilan économique honorable d’Emmanuel Macron rejeté par les Français

AFP / AURELIEN MORISSARD

Après sept ans de politique pro-entreprises, avec des baisses d’impôts massives, Emmanuel Macron va devoir mettre fin à ses réformes libérales. Qui sont très mal perçues par l’opinion, malgré des réussites sur le front de l’emploi.

Le macronisme économique, c’est fini. Après l’échec de son opération dissolution – Ensemble a perdu 81 députés et sa position de leader à l’Assemblée – le chef de l’Etat va composer avec un Premier ministre qui mettra fin, au moins en partie, à sa stratégie libérale. Qui a été d’une constance inédite : depuis 2017, Emmanuel Macron a maintenu sa politique dite de l’offre, probusiness, avec une baisse des impôts pour les entreprises (impôt sur les sociétés, impôts de production) et les investisseurs (ISF, dividendes), et des réformes du marché du travail dopant l’apprentissage et réduisant l’indemnisation des chômeurs afin de les inciter à reprendre un travail. Des réformes enclenchées en urgence dès le début du premier quinquennat. Sept ans plus tard, ont-elles porté leurs fruits ?

Lire aussiAprès le choc des législatives, la France face à l’impossible quête d’une majorité ?

Vu de l’étranger, la réponse est oui. L’hebdomadaire britannique The Economist encensait encore récemment Emmanuel Macron : « En sept ans, il a déployé des efforts soutenus pour faire de la France une économie moderne et favorable aux entreprises. Deux millions d’emplois ont été créés et plus de 6 millions d’entreprises ont vu le jour. Et la croissance de la France est supérieure à la moyenne de la zone euro. » Même appréciation de certains médias allemands : « La France, c’est l’Allemagne en mieux », titrait le magazine Der Spiegel l’année dernière, en insistant sur l’attractivité retrouvée de l’Hexagone auprès des investisseurs étrangers.

« La stimulation de l’innovation n’a pas été à la hauteur »

C’est sur l’emploi que les résultats sont le plus spectaculaires. Le taux de chômage a atteint son plus bas niveau depuis quarante-deux ans, à 7,1 % début 2003, avant sa légère remontée récente. « Après quatre décennies de chômage élevé, la perspective d’un retour au plein-emploi n’est plus une utopie en France », souligne l’économiste Yannick L’Horty, spécialiste du marché du travail. « C’est une rupture[...]

PUBLICITÉ

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi