La bourse ferme dans 7 h 46 min

La politique pro-charbon de Trump attaquée en justice

latribune.fr
 

Ils l'avaient annoncé dès l'abrogation en juin dernier par l'Agence pour la protection de l'environnement (EPA) du Clean Power Plan élaboré par l'administration Obama, avec l'objectif de contraindre chaque État à abaisser de 32% entre 2005 et 2030 les émissions de gaz à effet de serre de leurs centrales. Cet objectif s'inscrivait dans l'Accord de Paris pour le climat, que Trump s'est empressé de dénoncer en juin 2017.

En réalité, ce texte, à l'époque attaqué par 27 États contestants la compétence de l'EPA, avait été suspendu en février 2016 par la Cour suprême et n'était jamais entré en vigueur.

Le mythe du « charbon propre »

Mais il est désormais remplacé par le bien mal nommé « Affordable Clean Energy » (ACE). Ce nouveau texte laisse chaque État libre de fixer la mise à niveau des centrales à charbon implantées sur leur territoire. Ce qui laisse évidemment la porte ouverte à de simples remises aux normes limitant les émissions de gaz à effet de serre des centrales, leur évitant la fermeture pure et simple.

Certes, les promoteurs du charbon, dont le président lui-même - en partie porté au pouvoir par les ouvriers de la "Rust Belt" (littéralement, la "ceinture de la rouille") - mais aussi l'actuel directeur de l'EPA et ancien lobbyiste de l'industrie Andrew Wheeler, vantent les mérites de la prochaine génération de « charbon propre », qu'ils se targuent d'exporter aux pays encore très accros à cette énergie, tels la Chine et la Russie.

La plupart des têtes d'affiche du camp des démocrates restent sourdes à ces promesses, il est vrai intenables au plan scientifique, dans la mesure où il n'existe rien de tel que du charbon « propre », qui restera dans tous les cas la source d'énergie dont la combustion produit le plus d'émissions de gaz à effet de serre. Ainsi Nancy Pelosi, la présidente de la Chambres des représentants, s'était immédiatement élevée contre ce nouveau texte.

La consommation de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Comment expliquer la hausse de la consommation de charbon dans le monde ?
Les énergies renouvelables font de l'ombre au charbon
Pour "ressusciter le charbon", Trump défait une nouvelle loi d'Obama
Energie : le solaire rattrape le charbon