La bourse ferme dans 3 h 13 min
  • CAC 40

    6 760,43
    +6,46 (+0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 992,11
    +7,61 (+0,19 %)
     
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0539
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    1 814,30
    -0,90 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    16 207,18
    -179,15 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,36
    -0,79 (-0,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,97
    +0,75 (+0,92 %)
     
  • DAX

    14 563,61
    +73,31 (+0,51 %)
     
  • FTSE 100

    7 544,42
    -14,07 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2268
    +0,0012 (+0,10 %)
     

Politique: ces "féministes" qui voulaient "tuer" Julien Bayou

AFP/Archives - Geoffroy VAN DER HASSELT

EDITO: L'ex-secrétaire national d'EELV, Julien Bayou a démissionné lundi après des accusations de violences psychologiques contre son ex-compagne. Selon une enquête de Libération, le co-président du groupe à l'Assemblée nationale vivait depuis trois ans sous la pression d’un collectif féministe informel qui enquêtait sur ses relations avec les femmes.

Il y a quelques jours, Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV), co-président du groupe à l’Assemblée nationale et donc numéro 1 du parti, "Une situation intenable", a-t-il avancé pour seule explication, choisissant toutefois de conserver son siège de député. Des militantes féministes l’ont en effet accusé d’avoir exercé des "violences psychologiques" sur ces ex-compagnes, en particulier la dernière qui aurait fait une tentative de suicide. "La cellule de lutte contre les violences sexuelles et sexistes" (VSS), une des fiertés- à juste titre- du parti vert, avait fini par s’emparer du "cas" Bayou; puis la députée de Paris Sandrine Rousseau, la nouvelle star Verts, l’a "outé" sans façon ni détour sur le plateau télé de C à vous, dénonçant des "comportements de nature à briser la santé morale des femmes".

Lire aussi

Exit Julien Bayou sans même que quiconque- plaignantes éventuelles, policiers, avocats, magistrats, responsables politiques, militant(e)s- soient en mesure de signifier le moindre acte pénal répréhensible. À mort Bayou sans que Comme s’il ne méritait pas de s’expliquer puisque, par avance, la condamnation était prononcée. Et la cellule déterra, pour justifier ce manquement à l’éthique, une bien pauvre argutie juridique selon laquelle la plaignante, l’ex-compagne, ne souhaitant pas témoigner, Bayou en serait donc lui aussi privé.

On pouvait avoir des doutes sur la nature et la qualité de cette cellule délivrant une crypto-justice. On pouvait regretter que les plus justes causes provoquent de la "casse", un classique que les "révolutionnaires" ont toujours assumé . Mais le sort de Bayou, personnage par ailleurs peu sympathique, semblait par avance scellé. Il était mis au rebut de la chose politique. Il était expulsé tel un malfaisant sans que l’on dispose par ailleurs de la moindre preuve tangible. C’était sans compter sur nos confrères de Libération. C’était sans compter sur l’utilité démocratique de la presse "libre". Le quoti[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi