La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    42 557,60
    -6 579,07 (-13,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

La politique africaine de la France reste incantatoire

·1 min de lecture

Innovant en invitant la jeunesse du continent, le sommet Afrique-France à Montpellier s'est contenté de symboles. Malgré la modernité affichée par Emmanuel Macron, les vieilles alliances priment.

Emmanuel Macron a fait de la jeunesse le leitmotiv de sa politique africaine. Cette frange bouillonnante et majoritaire de la population de ce continent, qui avoisinera 2 milliards d'habitants en 2050, fut le thème central de son premier discours en terre africaine, à Ouagadougou en novembre 2017. Elle fut de nouveau la thèse dominante du 28e sommet Afrique-France organisé à Montpellier, le 8 octobre, face à 3 000 participants issus des diasporas et de la société civile. « Cette rencontre a innové par son approche sans la présence d'institutionnels, explique-t-on à l'Elysée. Le chef de l'Etat a souhaité s'adresser directement à ces jeunes sans fard et écouter leurs doléances. » Exit la traditionnelle photo de famille avec la cohorte ronflante des chefs d'Etat africains, hôtes de marque de ce rendez-vous créé en 1973 sous l'impulsion de Léopold Sédar Senghor et de Georges Pompidou.

Opposants ignorés

Une rencontre apolitique pour une nouvelle impulsion de la relation bilatérale ? Rien n'est moins sûr. Quatre ans séparent les deux interventions, dont les formats quasi identiques permettent de situer la non-évolution, voire l'échec de la politique française au sud du Sahara.

« Macron nous a habitués à la communication politique, explique le gabonais Marc Ona, coordinateur de l'ONG Tournons la page. Il débute et ponctue son mandat par le même exercice de style. » Et de préciser : « Aucun Africain engagé, comme ceux du Balai citoyen au Burkina Faso ou du mouvement Y'en a marre au Sénégal, n'a été associé à cet événement, qui a surtout mis en lumière les représentants d'une société civile cosmétique. »

Le fait d'avoir pensé ce sommet autour des diasporas, des sportifs, des artistes ou des entrepreneurs en ignorant superbement les opposants est déjà, en soi, une façon de ménager les chefs d'Etats africains, qui avaient tous été invités à Paris en mai dernier pour participer à une conférence sur le financement du développement. « Faire converger des milliers de jeunes en Fra[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles