La bourse ferme dans 3 h 53 min
  • CAC 40

    6 646,46
    +6,94 (+0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 149,35
    +5,83 (+0,14 %)
     
  • Dow Jones

    34 299,33
    -94,42 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 856,80
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    32 361,09
    -783,46 (-2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    973,47
    -37,14 (-3,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,43
    +0,31 (+0,43 %)
     
  • DAX

    15 713,97
    -15,55 (-0,10 %)
     
  • FTSE 100

    7 173,53
    +1,05 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 072,86
    -101,29 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 246,59
    -8,56 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    29 291,01
    -150,29 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 436,84
    -201,69 (-0,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    +0,0035 (+0,25 %)
     

Policier tué : Castex promet de "continuer" le combat contre le trafic de drogue

·1 min de lecture

"Oui cher Eric, nous allons continuer". En rendant hommage lors d'une cérémonie au policier tué mardi à Avignon, Jean Castex a promis de poursuivre la lutte contre le trafic de drogue, affirmant qu'"il ne saurait être question que la peur change de camp".

Devant quelque 300 personnes rassemblées dans la cour de la Préfecture du Vaucluse, face aux remparts de la cité des Papes, le Premier ministre a estimé qu'"être fidèle à Éric Masson", tué le 5 mai lors d'une banale intervention sur un point de trafic de stupéfiants dans le centre-ville d'Avignon, "c'est d'abord dire qu'il est hors de question d'accepter l'inacceptable".

>> LIRE AUSSIÀ Avignon, le ras-le-bol des policiers

"Affirmer haut et fort que l'Etat se donnera tous les moyens de réprimer toutes formes de violence"

"Honorer la mémoire d’Éric Masson, c'est affirmer haut et fort que l'Etat se donnera tous les moyens de prévenir et réprimer toutes formes de violence, à commencer par le trafic de stupéfiants, contre lequel Éric Masson s'était engagé de toutes ses forces", a insisté Jean Castex, alors qu'une partie de la droite et l'extrême droite accuse l'exécutif de laxisme.

"Jamais nous ne laisserons se banaliser le fait que la moindre agression contre un dépositaire de l'autorité publique puisse ne pas entraîner contre son auteur des conséquences lourdes, rapides et certaines", a encore appuyé le chef du gouvernement, accompagné à Avignon du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et du Garde des Sceaux Éric Dupo...


Lire la suite sur Europe1