La bourse ferme dans 32 min
  • CAC 40

    6 576,20
    -35,30 (-0,53 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 095,66
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    33 970,79
    +25,21 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1955
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 791,10
    +13,70 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    28 627,07
    +3 763,30 (+15,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    823,03
    +12,83 (+1,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,82
    +0,97 (+1,33 %)
     
  • DAX

    15 524,58
    -111,75 (-0,71 %)
     
  • FTSE 100

    7 105,03
    +15,02 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 275,39
    +22,12 (+0,16 %)
     
  • S&P 500

    4 251,67
    +5,23 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    28 874,89
    -9,24 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 817,07
    +507,31 (+1,79 %)
     
  • GBP/USD

    1,3970
    +0,0023 (+0,16 %)
     

Policier tué à Avignon : une "marche citoyenne" à Paris le 19 mai

·1 min de lecture

L'ensemble des syndicats de police ont appelé jeudi à une "marche citoyenne" le 19 mai à Paris, après un hommage dimanche à Avignon à leur collègue tué dans cette ville sur un point de deal, et décidé de suspendre leur participation le 17 mai au "Beauvau de la sécurité". Dans une démarche quasi inédite, l'ensemble des organisations syndicales, allant d'Alliance à Unité SGP Police, aux syndicats des commissaires et des officiers, à ceux des personnels administratifs en passant par ceux de la police scientifique et technique, ont décidé de ces actions communes lors d'une visioconférence jeudi après-midi, ont expliqué à l'AFP plusieurs participants.

Colère et stupeur dans la profession

Mercredi en fin d'après-midi, le brigadier Eric Masson, 36 ans, a été tué par balle sur un point de deal, dans le centre d'Avignon, où il avait été appelé avec son équipage. Ses collègues avaient riposté, mais sans parvenir à arrêter le tireur qui jeudi soir était toujours en fuite. La mort de ce policier de 36 ans, après celle fin avril de Stéphanie Montfermé, administrative au commissariat de Rambouillet, par un Tunisien radicalisé, a plongé l'ensemble de la police dans la stupeur, voire la colère.

En fin de matinée jeudi, depuis Avignon, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a organisé avec les syndicats de la police une visioconférence pour les assurer de son soutien et leur promettre de les recevoir, en présentiel, la semaine prochaine. Mais d'ores et déjà jeudi, les syndicats ont déci...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles