La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 612,43
    +680,06 (+2,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 587,97
    +395,62 (+3,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    -0,0038 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 248,38
    +3 577,11 (+9,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    970,08
    +41,85 (+4,51 %)
     
  • S&P 500

    3 910,05
    +98,90 (+2,60 %)
     

Un policier des Hauts-de-Seine mis en cause dans un réseau pédopornographique

CB
·2 min de lecture

Une enquête sur un réseau pédocriminel a permis de remonter jusqu'à ce policier, qui sera jugé en mars.

Un policier des Hauts-de-Seine a été renvoyé devant la cour criminelle des Yvelines pour viols sur mineurs et détention, diffusion et enregistrement d'images pédopornographiques dans le cadre d'un réseau pédocriminel de la région d'Angers, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Versailles.

Ce fonctionnaire a été identifié à la faveur d'une enquête portant sur un Angevin de 27 ans, qui a été de son côté renvoyé lui aussi devant les assises pour une série de viols et d'agressions sexuelles aggravées, entre 2010 et 2018. Cet homme avait fait l'objet d'une note sur Pharos, la plate-forme de signalement de contenus illicites.

Une quinzaine de victimes identifiées

L'examen des fichiers informatiques de l'accusé angevin a permis de remonter jusqu'au policier qui travaillait à Nanterre, a précisé l'avocate d'une des parties civiles dans ce dossier, Me Carole Foissy.

Pour le fonctionnaire francilien, un peu plus d'une quinzaine de victimes présumées ont été identifiées, dont des fratries. Les enfants avaient tous moins de 5 ans au moment des faits et faisaient partie de l'entourage du policier, a ajouté Me Foissy. Le policier sera jugé devant la cour criminelle des Yvelines en mars.

Issues de la réforme de la justice de mars 2019, ces cours expérimentales composées de cinq magistrats professionnels, mais sans jury populaire, jugent des crimes passibles de quinze à vingt ans de prison. Ce choix est en partie motivé par le caractère "insoutenable" des photos et vidéos des viols qui risquait de "faire perdre 3 ou 4 jurés par jour (...) qui ne voudraient pas revenir" dans une cour d'assises classique, a déclaré l'avocate.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :