La bourse est fermée

La police teste des drones pour surveiller le confinement

Louis Neveu, Journaliste

À Nice, en Corse ou à Paris, des drones dotés de haut-parleurs sont testés pour surveiller les habitants et les inciter à respecter les consignes de confinement.

Lorsque l’épidémie de coronavirus s’est installée en Chine, les autorités ont déployé un arsenal technologique impressionnant pour contrôler le bon respect des consignes de confinement. L’utilisation de drones portant des bannières dotées de codes QR ou de haut-parleur pour inciter les populations à rentrer chez elles ont fait sourire en Europe.

Et pourtant, aujourd’hui, ces mêmes mesures sont déployées à Madrid en Espagne, et aussi en France. Des vidéos ont commencé à faire le buzz à Nice, où l’on voit un drone sillonner la ville en diffusant des messages de rappel des règles du moment. Il en est de même en Corse autour d’Ajaccio, pour dissuader certaines personnes bravant le confinement pour se faire bronzer sur la plage.

Les drones viennent en renfort des forces de police mobilisées sur le terrain pour faire respecter les consignes et contrôler les attestations de déplacement. Ils permettent de repérer plus rapidement les badauds, surtout dans les zones où l’accès est plus compliqué. Les mêmes types de drones ont également été testés vendredi 20 mars, à Paris, sur les bords de Seine, sous le regard du préfet Didier Lallement.

Les assistants de la police

En tout, la police dispose d’une vingtaine de drones pouvant évoluer à 150 mètres de hauteur et dont la portée en terrain dégagé est théoriquement d’environ 8 km avec une autonomie d’une vingtaine de minute.

Les drones, que l’on voit sur les images, sont systématiquement des Mavic 2 Enterprise, de la marque chinoise DJI. Il s’agit de drones polyvalents, et pesant moins d’1 Kg, dont les bras et les hélices se replient afin de pouvoir les déployer et transporter l’appareil...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :