Marchés français ouverture 3 h 26 min
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    +73,67 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 637,04
    -119,82 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,2176
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 480,11
    -447,65 (-1,50 %)
     
  • BTC-EUR

    25 599,55
    +473,11 (+1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    617,81
    -62,10 (-9,13 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

La police nationale débarque sur Snapchat pour "donner une bonne image"

·1 min de lecture

Après Twitter, Facebook et Instagram, la police nationale débarque… sur Snapchat ! Alors que l'institution est décriée, accusée de racisme et d'actes violents, un policier a été désigné pour animer ce compte, actif depuis hier soir, et qui ambitionne de renouer le dialogue avec les plus jeunes. 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Donner une bonne image"

"Je m'appelle Anthony et je suis policier. La question que vous devez tous vous poser, c'est : pourquoi la police débarque sur Snapchat ?", interroge Anthony, policier depuis 14 ans et dernièrement enquêteur au sein de la police nationale. Vidéos courtes et rythmées, ton décalé : il est désormais le visage de la police nationale, chargé de faire découvrir les coulisses de l'institution. 

"On a une tranche d'âge, un cœur de cible qui est de 12 à 24 ans, parce que c'est vrai que peut-être, il y a un manque de communication envers cette tranche d'âge", explique-t-il. "J'ai envie de penser qu'on va pouvoir donner une bonne image."

Des affaires qui commencent parfois sur Snapchat

L’idée de ce compte a germé courant 2020, dans le contexte des affaires de violences policières. Certaines ont commencé sur Snapchat, d’où l’importance de la présence sur ce réseau. "Si des questions se posent sur des opérations ou des actions de la police nationale, pour autant, la police nationale ne se résume pas à une image captée pendant quelques secondes", souligne Michel Lavaud, porte-parole de la police nationale. 

 

>> L...


Lire la suite sur Europe1