Publicité
Marchés français ouverture 3 h 2 min
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • Nikkei 225

    39 641,98
    -421,81 (-1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0894
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    17 572,51
    +154,83 (+0,89 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 325,46
    +638,42 (+1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,98
    +69,08 (+5,19 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     

Polestone 01 : encore une pâle copie du Defender

Polestone

Vous connaissez le dicton, « toujours copié, jamais égalé ». Une maxime qui colle bien au Land Rover Defender, très souvent lorgné et copié, et ce dès les années 50. Austin Gipsy, Fiat Campagnola, IVECO Massif, et plus récemment Ineos Grenadier. Même si le tout premier « Land » a été arrêté en 2016, son successeur Defender arrivé en 2020 a depuis aussi eu droit à des concurrents très inspirés. C’est simple, chaque grand groupe automobile chinois veut sa propre version du grand SUV anglais. Chez GreatWall le Haval Xianglong , chez Chery le Jetour Traveller, chez BYD le Yangwang U8, etc.

Polestone 01, encore un Defender chinois

D’une manière générale, beaucoup de constructeurs – chinois ou non- veulent mettre un pied dans le segment des SUV grand luxe. Sur les traces du Defender, mais aussi du Mercedes Classe G et (dans une moindre mesure) du Jeep Wrangler. Il n’y a qu’à voir le tout nouveau Santa Fe de Hyundai pour constater que le spectre Defender est partout ! L’énième copie du jour se nomme Polestone 01. Derrière cette marque qui rappelle sans équivoque Polestar, se cache le constructeur d’État BAIC, qui s’est associé à Pininfarina pour dessiner (ou reproduire ?) son nouveau modèle.

Hybride pour 1 000 kilomètres d’autonomie

Certes la poupe et la proue sont différentes du Britannique, mais tout dans sa silhouette, ses panneaux de carrosserie et même la forme de ses poignées semble avoir été calqués sur le Land Rover....Lire la suite sur Autoplus