La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 613,67
    -597,57 (-1,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

La polémique causée par Sanofi pose la question de la souveraineté sanitaire

·2 min de lecture

Le débat sur l’accès à un vaccin anti-Covid met le groupe sous pression en France… et le doigt sur les faiblesses de l’Europe.

Opération déminage. Le 13 mai, en laissant entendre dans un entretien à Bloomberg que Sanofi réserverait aux Etats-Unis, son allié sur un vaccin anti-Covid-19, des commandes prioritaires – sous prétexte qu’ils avaient investi dans le projet –, Paul Hudson, son directeur général, a suscité un tollé. Inacceptable aux yeux des politiques et de l’opinion. Et ravageur pour l’image du sixième acteur mondial. Dès le lendemain, Hudson se fendait d’un mea culpa en interne : "Ce qui s’est passé est de ma responsabilité. J’aimerais présenter mes excuses…" Le 19 mai, avec Serge Weinberg, président du conseil du laboratoire pharmaceutique, il était convoqué à l’Elysée.

"Aux Etats-Unis, les contrats de recherche public-privé prévoient souvent des contreparties pour celui qui finance. S’ils ont versé des centaines de millions, il ne serait pas étonnant que le contrat prévoie une livraison prioritaire, confie François Pochart, avocat associé au cabinet August Debouzy. La crise montre surtout à quel point l’industrie pharmaceutique européenne a perdu en compétitivité."

Doubler capacité de production en Europe

La polémique servira-t-elle in fine la future souveraineté sanitaire européenne ? Peut-être. Elle risque surtout de compliquer les affaires de Sanofi en France. Pour le futur vaccin, le groupe a promis de doubler la capacité de production en Europe (1 milliard de doses d’ici un an). "L’Etat ne peut contraindre une société française de droit privé à produire sur le territoire. Face à l’urgence sanitaire, le Code de santé publique a été modifié, mais une telle obligation ne fonctionnerait que sur un vaccin produit en France. Et rien ne dit que cette loi sera encore en vigueur quand il sortira", précise François Pochart.

L’Elysée maintient la pression, d’autant que Sanofi touche 110 millions d’euros de Crédit d’impôt recherche par an. En janvier, Hudson avait déjà été reçu à Bercy. L’occasion de marteler l’attractivité de la France… et de le prier de considérer le pays pour tout i[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles