La bourse ferme dans 1 h 40 min
  • CAC 40

    6 763,30
    +50,43 (+0,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,48
    +39,17 (+0,94 %)
     
  • Dow Jones

    35 813,30
    +72,15 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,1612
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 794,00
    -12,80 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    53 711,57
    -998,37 (-1,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 499,78
    -5,38 (-0,36 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,45
    -0,31 (-0,37 %)
     
  • DAX

    15 778,13
    +178,90 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 271,15
    +48,33 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 324,14
    +97,44 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    4 587,84
    +21,36 (+0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    29 106,01
    +505,60 (+1,77 %)
     
  • HANG SENG

    26 038,27
    -93,76 (-0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,3800
    +0,0032 (+0,23 %)
     

Pneus hiver obligatoires en plaine : pas de PV la première année

·2 min de lecture

Parce que les préfets tardent à arrêter la liste des voies concernées par l’obligation de s’équiper en pneus hiver (ou en chaînes), le ministère de l’Intérieur concède qu’il n’y aura pas de verbalisation cette année. Signe d’une improvisation que dénoncent les professionnels.

Un mouvement de panique commence à se dessiner, à mesure que les automobilistes prennent conscience qu’il leur reste moins d’un mois pour se mettre en conformité avec la nouvelle obligation d’équipement hivernaux. A compter de ce 1er novembre 2021 et jusqu’au 31 mars 2022 (puis chaque année durant la même période de cinq mois), les automobilistes seront tenus d’emporter des chaînes à neige (ou des chaussettes textiles), à défaut de chausser quatre pneus hiver homologués. A défaut et en cas de contrôle, ils s’exposent à un procès-verbal et à une amende de 135 euros (contravention de 4ème classe).

D’une commune à l’autre, les pneus hiver ne seront pas forcément obligatoires

Problème, à moins d’un mois de la date fatidique du 1er novembre, de nombreux automobilistes ignorent encore si les routes qu’ils empruntent chaque jour (ou bien à l’occasion de visites chez leurs proches) seront soumises ou non à pareille obligation d’équipement. Car tout le territoire d’un département pourtant inclus sur la liste des quarante-huit concernés par la “loi montagne” n’est pas forcément inclus dans les zones à équipements obligatoires. Une subtilité source de confusion pour beaucoup d’automobilistes.

Lire aussi

Par exemple, dans les Hautes-Pyrénées, 55 communes sur 469 sont soumises à cette obligation, principalement au-dessus de 1.000 mètres d'altitude. Alors que les préfets du Cantal, de la Haute-Loire, de la Haute-Savoie, du Puy-de-Dôme et de Savoie ont choisi de généraliser l’obligation à tout leur territoire.

Plusieurs préfets ont décidé au contraire qu'il n'y aurait pas d'obligation dans leur département, comme dans la Nièvre, "compte tenu des conditions climatiques, de la topographie et des liaisons routières du département", mais aussi en Corrèze, Côte-d'Or, Creuse, Haute-Vienne, Lot, Meurthe-et-Moselle, Saône-et-Loire et Tarn-et-Garonne. Il revient à chaque automobiliste de se renseigner.

48 départements sont concernés, en montagne comme en plaine

Une . Elle sera actualis[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles