La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 275,65
    +282,64 (+0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Pneumologie interventionnelle : une révolution thérapeutique

·2 min de lecture

 Le docteur Clément Fournier détaille cette technique non invasive qui ouvre de nouvelles perspectives de diagnostic et de soins.

Paris Match. Qu’est-ce que la pneumologie interventionnelle (PI) ?
Docteur Clément Fournier. Les actes endoscopiques étaient, jusqu’à il y a peu de temps encore, confinés à l’exploration des bronches et du médiastin (espace entre les deux poumons) dans un but principalement diagnostique (cancer et maladies infectieuses) et, dans quelques cas, à la désobstruction en urgence d’une trachée. La PI regroupe de nouvelles techniques non chirurgicales, d’apparition récente.

La thermoplastie bronchique, par exemple ?
Elle s’adresse aux asthmatiques sévères chez lesquels tous les autres traitements ont été mis en échec ou sont devenus trop lourds. Elle consiste à réduire par la chaleur (65 °C) l’épaisseur des muscles lisses qui entourent les bronches, laquelle est chez eux supérieure à la normale et à celle des autres asthmatiques. Elle atténue aussi l’inflammation des bronches et induit par dénervation un effet antispasme. Trois séances de 30 à 60 minutes et à trois semaines d’intervalle, menées sous anesthésie générale, sont nécessaires pour traiter l’ensemble des régions pulmonaires. La chaleur est produite par une petite électrode poussée le plus loin possible dans les bronches, qu’on active électriquement toutes les 3 à 5 minutes pendant 10 secondes. Il faut entre 50 et 100 activations par séance. Les patients sont hospitalisés de 48 à 72 heures. Trois grandes études américaines ont montré que l’état pulmonaire pouvait être ainsi amélioré (moins d’exacerbations de la maladie, d’hospitalisations en urgence, de corticoïdes oraux) avec une meilleure qualité de vie qui persiste à dix ans et plus. Précision : la thermoplastie ne guérit pas l’asthme sévère et 30 % des patients n’y sont pas répondeurs. Notre expérience entamée(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles