La bourse ferme dans 4 min
  • CAC 40

    6 328,91
    +43,67 (+0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 689,89
    +32,86 (+0,90 %)
     
  • Dow Jones

    31 877,58
    +615,68 (+1,97 %)
     
  • EUR/USD

    1,0689
    +0,0128 (+1,21 %)
     
  • Gold future

    1 851,80
    +9,70 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    28 441,87
    +417,71 (+1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    681,77
    +6,89 (+1,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,40
    +0,12 (+0,11 %)
     
  • DAX

    14 126,12
    +144,21 (+1,03 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,25
    +110,27 (+1,49 %)
     
  • Nasdaq

    11 452,68
    +98,06 (+0,86 %)
     
  • S&P 500

    3 961,88
    +60,52 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 001,52
    +262,49 (+0,98 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,2573
    +0,0077 (+0,62 %)
     

Plusieurs sites de streaming pirates dédiés au sport se font bloquer en France

·1 min de lecture
piratage sport
piratage sport

beIN Sports marque des points contre des sites spécialisés dans le streaming illégal de compétitions sportives. Et pour cela, elle a pu se servir de la nouvelle loi anti-piratage.

C’est une première entrée en matière très concrète pour la nouvelle loi anti-piratage, qui est entrée en vigueur à la fois du mois d’octobre 2021. Grâce au texte, la chaîne de télévision beIN Sports a pu obtenir le blocage de plusieurs sites web à qui il était reproché de diffuser en direct, et sans autorisation, des compétitions sportives, en particulier des matchs de football.

Une nouvelle loi anti-piratage taillée pour le streaming illicite de matchs

La lutte contre la retransmission illicite de rencontres sportives est l’une des priorités de la nouvelle loi, qui se focalise aussi sur le streaming de contenus culturels et sur les sites miroirs — ces sites qui dupliquent l’intégralité d’un site pirate, mais avec une autre adresse web qui ne se trouve pas dans la liste des URL bloquées sur ordre judiciaire.

Dans son communiqué de presse, paru le 26 janvier 2022, beIN Sports fait savoir que c’est plus particulièrement l’article L. 333-10 du Code du sport qui a servi de levier. Cette disposition, introduite grâce au texte de loi, permet de saisir le tribunal en urgence pour empêcher les internautes basés en France d’accéder à ces vidéos, en mobilisant les fournisseurs d’accès à Internet.

« Les fournisseurs d’accès à internet ont assuré le blocage des sites et adresses contrevenants.

[Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles