La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    -23,60 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    14 183,88
    -94,49 (-0,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Plusieurs sites internet français ont été victimes de cyberattaques

·1 min de lecture

De nombreuses structures françaises ont été victimes de cyberattaques et de spamming, dimanche. Cette vague d'attaques en défiguration intervient alors que des appels au boycott affluent contre la France, notamment depuis la Turquie, dans un contexte diplomatique très tendu.

Une cyberattaque de grande ampleur touche depuis dimanche de nombreux sites internet français. C’est le gouvernement lui-même qui l’a annoncé, via le compte Twitter "Cybervictimes" : "Vague de #cyberattaques en #défiguration en cours ciblant de nombreux sites internet Français." En langage Web, il s'agit d'une tentative de modifier l'apparence des pages.

Des messages haineux automatiques

Au moins plusieurs dizaines de sites, pour la plupart peu connu du grand public, ont été hackés. Cela concerne par exemple le site du Centre technique régional pour la déficience visuelle, sur lequel une photo d'Emmanuel Macron grimé en cochon a été publié.

Certaines structures beaucoup plus connues sont également victimes, comme TF1, sur Facebook, où des messages haineux à l’encontre de la France et de la politique du président de la République ont été publiés. Ce sont des messages violents, mais qui semblent générés par des automates, des "bots".

Brigitte Macron extrêmement discutée

On sait pour l'instant peu de choses sur ces hackers qui se présentent comme des musulmans bangladais. Ces piratages arrivent quelques heures après des tweets du président Macron en arabe, semant le dou...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :