La bourse ferme dans 5 h 57 min
  • CAC 40

    5 848,73
    +53,77 (+0,93 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 390,27
    +30,44 (+0,91 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0226
    -0,0044 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 765,90
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    19 776,79
    +208,27 (+1,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,53
    -1,49 (-0,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    100,20
    +0,70 (+0,70 %)
     
  • DAX

    12 517,60
    +116,40 (+0,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 110,81
    +85,34 (+1,21 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1935
    -0,0017 (-0,14 %)
     

Renault : pourquoi des centaines d'automobilistes risquent de poursuivre le constructeur en justice

© MAGALI COHEN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Renault va devoir s'expliquer auprès de plusieurs centaines d'automobilistes . Ces derniers reprochent au constructeur tricolore d'avoir commercialisé des véhicules équipés d'un moteur défectueux, en l'occurrence le "1,2 TCE". Ce moteur, très répandu sur de nombreux modèles de Renault, de Dacia, mais aussi de Nissan a causé de nombreux désagréments à ces plaignants qui ont fixé un ultimatum à Renault. Sans réponse d'ici au 5 juin, ils saisiront la justice.

>> LIRE AUSSIRenault : comment le groupe a réussi à renouer avec les bénéfices en 2021

Le bloc moteur litigieux a été monté sur environ 400.000 voitures, entre 2012 et 2018 et pour un quart des automobilistes concernés, des problèmes de fiabilité ont été constatés. Parmi les premiers concernés, Olivier Blanchet, devenu depuis président de l'association "victimes du motorgate". "Dès les premières années, on a eu des petits symptômes assez anodins. C'était des petits à coup à l'accélération, des bruits de mitraillette. Jusqu'à ce que, 5 ans après l'achat, le moteur soit diagnostiqué bon à remplacer. La facture était de l'ordre de 8.000 à 9.000 euros".

Déjà près de 1.100 plaignants

Dans son cas, le constructeur a refusé toute prise en charge mais l'automobiliste  réalise qu'il est loin d'être le seul concerné. Il découvre notamment des témoignages de conducteurs dont le moteur a cassé sur autoroute à 130km/h. Si l'action en justice se concrétise, ils sont déjà près de 1.100 plaignants. Maître Christophe Lèguevaque...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles