La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 273,48
    -3 176,02 (-8,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Le plomb pourrait doubler la capacité des batteries lithium-ion

Edward Back, Journaliste hi-tech
·1 min de lecture

Une nouvelle découverte pourrait doubler la capacité des batteries rechargeables lithium-ion. Des chercheurs du laboratoire national d’Argonne aux États-Unis ont réussi cet exploit en remplaçant l’anode, habituellement en graphite dans ce genre d’accumulateur, par du plomb.

L’anode est l’électrode négative qui capture des ions lorsque la batterie est rechargée, puis les libère lorsqu’elle alimente un appareil. Les chercheurs l’ont remplacée par une structure de nanoparticules de plomb, incorporée dans une matrice de carbone et enveloppée par une mince coque en oxyde de plomb. Les performances sont restées stables au cours d’une centaine de cycles de charge. À poids égal, cette nouvelle anode a une capacité de stockage électrique deux fois plus élevée que celle du graphite.

Un procédé de fabrication peu coûteux

Malgré une description de l’anode plutôt complexe, le procédé de fabrication est assez simple avec un coût réduit. « Notre méthode consiste à secouer, pendant plusieurs heures, de grosses particules d’oxyde de plomb mélangées avec une poudre de carbone jusqu’à ce qu’elles forment des particules minuscules avec la structure noyau-enveloppe désirée », a expliqué Christopher Johnson, l’un des auteurs de l’article publié dans Advanced Functional Materials.

Les chercheurs indiquent avoir pu encore améliorer la performance de leur batterie en ajoutant du carbonate de fluoroéthylène à l’électrolyte, le liquide conducteur qui sépare les deux électrodes. La mise sur le marché de telles batteries pourrait être rapide grâce à une industrie de fabrication et de recyclage déjà bien développée pour les batteries au plomb des voitures.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura