La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 534,53
    -322,03 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

En pleine saison estivale, les piscines font face à une pénurie de maîtres-nageurs

Salaires faibles, formation exigeante, image erronée sur le métier : les maîtres-nageurs peinent à recruter alors que la fréquentation bat son plein en été, entraînant des fermetures de bassins et des craintes sur la sécurité des baigneurs. Dans toute la France, "il manque au moins 5.000 maîtres-nageurs à l'année", déclare à l'AFP Axel Lamotte, de la Fédération nationale des maîtres-nageurs (FNMNS). Comme explications, il cite en vrac des salaires faibles, la privatisation des centres aquatiques et centres de formation, et aussi les incivilités des usagers, qui sapent le moral.

La difficulté, c'est le nombre insuffisant de "personnes qui entrent en formation", relève également Jean-François Druon, dirigeant de Performeo, un centre de formation des maîtres-nageurs à Béthune (Pas-de-Calais). Les maîtres-nageurs des années 1970, arrivés dans le métier avec l'opération "1.000 piscines" (un programme national de construction de piscines pour favoriser l'apprentissage de la natation), partent à la retraite et il faut donc les remplacer, explique-t-il. En maillot de bain, perché sur son fauteuil de surveillance, le sifflet autour du cou... le métier pâtit aussi d'une image erronée, selon les professionnels. "Sur 35 heures, le maître-nageur ne passe pas plus de deux ou trois heures sur sa chaise", souligne Jean-François Druon.

Le manque de maîtres-nageurs se fait sentir dans toutes les régions. Certaines villes sont contraintes de réduire les horaires d'ouverture des bassins l'été. Et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pénurie d'énergie : l'Allemagne prend une décision radicale pour cet hiver
Sécheresse : cette commune impose le rationnement de l'eau à ses habitants
Pourquoi certains employeurs refusent de libérer leurs employés pompiers volontaires
L'inflation accélère en France, + 6,1% sur un an en juillet
Royaume-Uni : le PIB se replie, la crise devrait s'aggraver à l'automne