Marchés français ouverture 8 h 59 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    +0,0061 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 767,71
    -245,37 (-0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,66
    -25,30 (-1,95 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Plaxtil, cette PME qui recycle les masques en fournitures scolaires

·2 min de lecture

A Talence, en Gironde, et dans une vingtaine de communes en France, les élus expérimentent la solution inédite développée par la jeune PME châtelleraudaise Plaxtil. Des règles, équerres et rapporteurs sont fabriqués à partir de masques usagés collectés dans les écoles et recyclés.

Depuis le 15 mars dernier, de drôles de petites boîtes en carton ont fait leur apparition dans les établissements scolaires de la ville de Talence, en Gironde. Il s’agit de bornes de collecte . “Avec la crise sanitaire, le masque est devenu un équipement du quotidien. Et malheureusement aussi une source de pollution, lorsqu’il est jeté dans la rue ou dans la nature”, constate Emmanuel Sallaberry, le maire de Talence, qui a engagé sa commune de 45.000 habitants dans une démarche de collecte et de recyclage de ces déchets d’un nouveau genre. “Il faut 200 à 500 ans pour que les matières qui composent un masque se biodégradent. Alors notre objectif est simple : nous souhaitons accompagner la création d’une filière de gestion de ces déchets, comme il en existe pour le carton, le plastique ou le verre.”

La ville s’est donc tournée vers Plaxtil, . Créée en 2019 par les industriels châtelleraudais Olivier Civil et Jean-Marc Neveu, -tous deux ingénieurs Arts et Métiers, le premier issu de l'industrie automobile et le second de celle de l'aluminium et l'injection plastique- à l'issue d'un projet de recherche démarré deux ans plus tôt, l'entreprise était à l'origine spécialisée dans le recyclage des déchets textiles. Elle a, par exemple, signé un partenariat avec Kiabi, pour qui elle fabrique des cintres à partir de vêtements usagés non transformables par les circuits de recyclage classiques. Après le premier confinement, avec la généralisation du port du masque, l’entreprise a décidé d'adapter son activité. Son idée ? Collecter les masques jetables usagés et les transformer -par un procédé inédit et breveté- en matière plastique recyclable, elle-même utilisée dans la fabrication d’objets. C'est ainsi que Plaxtil s'est lancée dans le pari un peu surprenant de fabriquer des “kits d’écoliers” (règles, équerres et rapporteurs) en collectant directement dans les établissements scolaires et en recyclant les masques utilisés par les élèves et enseignants.

“Cette démarche a été exp[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi