La bourse ferme dans 2 h 2 min

Platini : "On me fait passer pour Al Capone"

Cyprien Tardieu
Journaliste Yahoo Sport

Invité de France info ce mercredi, Michel Platini s’est plaint du traitement dont il a fait l’objet au cours des dernières années, notamment après son vote pour le Qatar en 2010.

Michel Platini (Photo by ALAIN GROSCLAUDE / AFP)

Non, rien de rien, il ne regrette rien. Dans presque trois ans jour pour jour débutera la Coupe du monde 2022 au Qatar. Actuellement en tournée médiatique pour promouvoir son livre “Entre nous” (ed. de L’Observatoire) qui sort code mercredi, Michel Platini est revenu sur son vote pour le Mondial au Qatar sur France Info. “J’ai toujours voté pour le développement du football. J’avais voté pour le Maroc quatre ans avant. J’ai crée l’Euro 2020 dans 13 pays parce que ça permettra à beaucoup de pays de recevoir l’Euro, de créer des stades et de gagner quelque chose”, justifie-t-il.

ll a été blanchi en 2018

Invité à s’exprimer sur sa suspension de quatre ans infligée par la Fifa, qui a pris fin le 7 octobre dernier, l’ancien numéro 10 des Bleus se défend. “On me fait passer pour Al Capone, pratiquement. Ce sont des moments difficiles. Cela a duré un mois pour essayer de comprendre tout ce qu'il se passe, que c'est une conspiration ou un complot, comme vous voulez. Puis, vous tentez de vous défendre mais vous savez que vous ne gagnerez jamais puisque tout est pipé depuis le début. On voulait pas que je sois président de la Fifa.” Banni du monde du football pendant quatre ans, Platini a annoncé qu’il avait “porté plainte contre X pour association de malfaiteurs.”

Le triple Ballon d’Or a été privé par l’instance internationale de toute relation avec le football pendant quatre ans pour avoir été soupçonné d’avoir touché un “paiement déloyal” de la part de Sepp Blatter, alors président de la FIFA. Depuis, le vainqueur de l’Euro 84 avec l ‘équipe de France a été blanchi par la justice suisse au printemps 2018. “J’ai mon idée, je sais qui a collaboré”, a-t-il d’ailleurs lâché sans en dire plus.