La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 677,86
    -198,13 (-1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Plastic Odyssey largue les amarres: le low tech au service de la planète

J-30 avant le départ. Après trois ans de travaux, le navire de Plastic Odyssey s'apprête à prendre le large le 1er octobre. A son bord, un laboratoire de machines low tech pour recycler le plastique, et toute une équipe prête à former des entrepreneurs dans 30 pays en développement, et à les accompagner dans le montage de leur entreprise de recyclage.

Derniers coups de peinture, remontage des machines de recyclage, derniers réglages… sur , le navire de Plastic Odyssey prépare son grand départ, largage des amarres le 1er octobre.

Cette entreprise fondée il y a trois ans par trois amis, deux diplômés de l’École Nationale Supérieure Maritime et un ingénieur issu de l’Icam Nantes, a pour ambition de monter des entreprises de recyclage du plastique dans les pays en développement, là où les déchets ne sont pas traités. L’objectif: valoriser cette matière avant qu’elle n’arrive dans l’océan et ne finisse en micro-plastiques irrécupérables.

Trois ans, 30 escales, 200 entrepreneurs formés

Pour se faire connaître partout où le plastique pose problème et attirer les entrepreneurs, Simon Bernard (PDG), Alexandre Dechelotte (Directeur de la communication) et Bob Vrignaud (responsable R&D) ont donc eu l’idée d’une expédition de trois ans et 30 escales dans des pays en voie de développement, sur un ancien bateau scientifique de 40 ans, rénové et reconverti en laboratoire d’expérimentation autour du recyclage du plastique.

Simon Bernanrd, PDG de Plastic Odyssey présente le poste de commandement du navire, entièrement rénové lors des travaux de remise en état d\'un navire scientifique, Marseille, le 23 août 2022 Crédit : Agathe Beaujon/Challenges
Simon Bernanrd, PDG de Plastic Odyssey présente le poste de commandement du navire, entièrement rénové lors des travaux de remise en état d\'un navire scientifique, Marseille, le 23 août 2022 Crédit : Agathe Beaujon/Challenges

Simon Bernard, PDG de Plastic Odyssey présente le poste de commandement du navire, entièrement rénové. Les appareils deniers cris devraient permettre à l'équipage d'adapter sa navigation notamment aux courants, pour essayer d'économiser un maximum de carburant.

A la proue: une demi-douzaine de machines low tech (basse technologie), comme un broyeur en tôle, fabriquée par un chaudronnier marseillais, ou un four à pizza reconverti. Les ingénieurs de Plastic Odyssey ont conçu des machines simples mais fiables, faciles à monter ou à entretenir, pour réaliser toutes les étapes du recyclage: broyage, fonte, compression, extrusion… Inspirés par des technologies existantes, parfois issues du génie d'artisans rencontrés à travers le monde, notamment en Bulgarie, l'équipe de Plastic Odyssey a fait le choix de tout mettre à disposition en open source. Pour une technologie réplicable et abordable. Un broyeur Plastic O[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi