Marchés français ouverture 6 h 3 min
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 989,42
    -116,59 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1605
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    26 038,27
    -93,76 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    52 291,44
    -2 437,26 (-4,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,32
    -35,83 (-2,38 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     

Plan de restructuration chez Renault : des départs et des embauches d'ici à fin 2024

·1 min de lecture

Renault a annoncé un nouveau plan de restructuration jeudi 16 septembre. Le groupe a d'ailleurs entamé des négociations avec les syndicats en vue d'un "accord social triennal" 2022-2024 où 2.000 salariés pourraient partir sur cette période en France et 2.500 autres être embauchées. Le constructeur automobile "envisage la production de neuf nouveaux véhicules en France à horizon 2025" - "dont une majorité 100% électrique" - et "réaffirme sa volonté de positionner la France au cœur de ses activités industrielles et de recherche et développement", en y installant "des technologies d'avenir", a-t-il indiqué dans un communiqué. Outre les "500 créations nettes d'emplois", en embauchant des "compétences clés", Renault prévoit pour ses salariés "10.000 formations et reconversions sur l'ensemble des métiers", a-t-il ajouté.

Les négociations doivent se poursuivre jusqu'à la fin de l'année, ont déclaré les syndicats. "Pour l'instant, on ne sait pas encore comment seront réalisés les départs", a précisé Mariette Rih, déléguée FO, en souhaitant qu'il n'y ait "aucun départ contraint". Mais "les annonces faites vont dans le bon sens" pour "l'empreinte industrielle de Renault en France", a-t-elle estimé. La CFDT "n'acceptera aucun licenciement sec", a prévenu le syndicat. "Le projet présenté est ambitieux, c'est positif", mais "le point noir, c'est l'ingénierie avec de nouvelles suppressions de postes", a regretté Jean-François Nanda, délégué CFDT, qui plaide pour un étalement des départs "sur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comptes rémunérés, prêts… des sociétés crypto empiètent sur le terrain des banques, les régulateurs vigilants
Brexit : Marks & Spencer va fermer plus de 50% de ses magasins en France
Le patron du Leclerc ferme le magasin en pleine après-midi et emmène ses employés faire la fête
La cigarette électronique, une affaire de famille
Bourse : entrée en fanfare pour les baskets suisses de Roger Federer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles