La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,15 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 210,09
    -117,64 (-0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,79 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,82 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Le plan de relance français validé par l'UE : qu'est-ce que cela va changer ?

·1 min de lecture

Annoncé depuis plusieurs mois, le plan de relance français a été validé hier par la Commission européenne. Pour l'occasion, sa présidente Ursula von der Leyen a fait le déplacement jusqu'à Paris pour annoncer la bonne nouvelle. Dans les faits, si la France recevra 40 milliards d'euros de la part de l'Union européenne sur les 750 dépensés par cette dernière, les versements se feront par étape. Un premier versement de 5,1 milliards d'euros va être réalisé cet été. 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici 

Ce premier chèque sera rapidement suivi d'un autre versement d'une valeur d'environ 7 milliards d'euros pour 2022. Une somme qui reste encore à confirmer. Jusqu'en 2026, la France recevra chaque année un chèque de la part de l'Union européenne qui contribuera ainsi à la relance du pays, sous certaines conditions néanmoins. 

50% du plan alloué à la transition énergétique

Chaque nouveau virement sera l'occasion pour l'UE de vérifier que l'Hexagone tient bien ses engagements qui ont été inscrits dans le plan validé hier par la Commission européenne. La France s'engage ainsi à ce que 50% des sommes versées soient utilisées pour la transition énergétique et que 25% des fonds servent à la transition numérique. 

L'Etat devra aussi prouver que son dispositif "MaPrimRénov" fonctionne et que ses bâtiments ont bénéficié comme décidé, d'une rénovation énergétique. Pour y arriver, les premiers travaux d'isolation de bâtiments publics ont commencé à travers le pays...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles