La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1841
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 512,29
    -40,78 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,51
    +4,08 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Le plan de relance européen a franchi une nouvelle étape, mais un risque de blocage persiste

·2 min de lecture

C'est une étape importante pour les Etats de l'Union européenne (UE) qui ont le plus souffert de la pandémie. Les eurodéputés et la présidence allemande de l'UE ont trouvé mardi 10 novembre un accord décisif sur le budget européen 2021-2027 lié au plan de relance, les parlementaires se félicitant d'une rallonge de 16 milliards d'euros pour des programmes phares, notamment l'éducation et la santé. Cet accord a été annoncé par des eurodéputés, par le porte-parole de la présidence allemande, qui négociait au nom des 27 Etats membres, et par plusieurs responsables européens.

Ces âpres pourparlers faisaient suite à l'accord des Etats trouvé le 21 juillet, au terme de quatre jours et quatre nuits de négociations, sur un budget pluriannuel de 1 074 milliards d'euros, accompagné d'un plan de relance post-Covid de 750 milliards. Il ne manquait plus que l'aval du Parlement européen, qui devrait se concrétiser formellement lors d'un vote en plénière fin novembre. Sur les 16 milliards de rallonge sur sept ans obtenus par les eurodéputés, contre 100 milliards espérés par eux début septembre, 11 milliards seront financés par le produit des amendes infligées par la Commission européenne dans des dossiers liés à la concurrence, précise Le Monde.

Les eurodéputés souhaitaient notamment renforcer les moyens alloués à la recherche ou des programmes comme Erasmus, et la mise en place de ressources propres à l'UE via la création de prélèvements européens permettant de rembourser les emprunts communs. Outre la taxe sur les plastiques non recyclés, qui doit entrer en vigueur en janvier 2021, d'autres impôts doivent venir alimenter les caisses de la Commissions à partir de 2023.

Parmi eux, une taxe sur les géants du numérique, un système d'échange de quotas d'émissions de CO2 élargi aux transports maritime et aérien, ainsi qu'une taxation des importations dans l'UE de biens produits dans des pays aux standards environnementaux moins élevés, rapporte encore Le Monde. Reste à définir les modalités (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bridgestone ferme le site de Béthune, le gouvernement espère sauver les 863 emplois
McDonald's lance sa propre gamme de produits végétariens appelée 'McPlant'
Burger King, McDonald's : des restaurateurs se paient les chaînes de fast-food
Le CAC 40 s'envole après l'annonce d'un vaccin, mais l'euphorie pourrait vite retomber
Il existe une carte SNCF secrète pour VIP réservée à quelques 2 500 privilégiés