La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 198,84
    -323,64 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Le plan Macron rassure l’industrie auto mais déçoit les écologistes

·2 min de lecture

La filière automobile entend prendre sa part des 4 milliards d’euros d’investissements pour les “nouveaux moyens de transport” du plan "France 2030". Condition posée par Macron : davantage de coopération et de rationalisation entre constructeurs rivaux.

“La filière automobile française peut inventer la voiture du futur”, affirmait au mois de juin son représentant et grand défenseur Marc Mortureux, Directeur général de la Plateforme de la Filière automobile et mobilités (PFA). Voilà qui tombe bien, puisque telle est précisément la mission que souhaite lui confier le Président de la République.

Dans son allocution à la presse visant à présenter un plan d’investissements de 30 milliards d’euros sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir en France, Emmanuel Macron a en effet déclaré son ambition de voir la France "produire à l'horizon 2030 près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides". Et le Chef de l’État de confirmer que l’avenir est aux voitures à électrons : "Nous ne referons jamais en France du moyen et haut de gamme classique", autrement dit, à motorisation non électrifiée.

Macron renouvelle son soutien à la filière auto lors de sa conversion à l’électrique

Pour atteindre cet objectif de 2 millions d’électriques et d’hybrides en 2030, il faudra "une vraie stratégie coopérative, en particulier de nos grands constructeurs", estime le Président de la République. Après 30 années qui ont été, selon les mots d'Emmanuel Macron, "cruelles pour l'industrie automobile française", l’organisme de conseil du Premier ministre France Stratégie juge que “l’automobile est à l'origine de près de la moitié de la dégradation du solde des produits manufacturés depuis 2000”, et qu’elle “explique une large part de la désindustrialisation qu'a connue le pays". Les défis sont donc aussi grands que les espoirs.

Lire aussi

Les constructeurs et équipementiers peuvent s’estimer heureux : non seulement l’automobile figure au , mais le Chef de l’État considère qu’elle peut contribuer à refaire de la France une “grande nation d’innovation”. Marc Mortureux ne cache pas sa satisfaction, sinon sa fierté de voir le Président Macron “placer l’industrie auto comme un avant-goût de ce qui atte[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Produire à Turin est trop cher pour Tavares ? Fiat investit dans MirafioriComment Carlos Tavares efface la crise chez StellantisPourquoi Mercedes fera des batteries avec Stellantis et TotalEnergiesVoitures électriques: après Renault, Nissan favorise les usines chinoises de batteries en EuropeZFE, vignettes Crit'Air: Les diesels modernes ne doivent pas être discriminés, selon l'Institut Montaigne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles