Publicité
Marchés français ouverture 7 h 42 min
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0861
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 630,92
    +91,07 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 527,85
    +39,31 (+2,64 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     

Plan Ecophyto : le gouvernement relance son offensive contre les pesticides

Westend61/Getty Images

Il est de retour. Le plan Ecophyto, lancé en 2008 à la suite du Grenelle de l’environnement avait été mis sur pause au début du mois de février, après quelques semaines de mobilisation agricole. «Nous allons remettre sur l'ouvrage le plan Ecophyto, le mettre donc en pause, le temps d'en retravailler un certain nombre d'aspects, de le simplifier», avait déclaré Marc Fesneau, ministre de l’agriculture.

Ce plan, qui fête ses 16 ans, avait un objectif simple : réduire de 50% l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ou pesticides d'ici 10 ans. L’échéance avait finalement été reportée à 2025. En février 2023, Elisabeth Borne, alors encore à Matignon, avait annoncé un nouveau report et le lancement d’une consultation pour établir un plan Ecophyto 2030. Ce dernier visait notamment à proposer des solutions alternatives aux 75 molécules qui risquent le plus d’être retirées du marché dans les cinq prochaines années, correspondant à 79% des volumes de produits phytosanitaires vendus en France en 2022. Devant les critiques des agriculteurs, reprochant notamment au gouvernement d’aller plus loin que les interdictions de produits émises par l’Union européenne, l’exécutif avait mis en pause ce plan de réduction des substances phytosanitaires.

Le gouvernement devrait présenter la nouvelle version du plan Ecophyto lundi 6 mai. En attendant, le ministre de l’agriculture a dévoilé l’essentiel du projet dans une interview accordée au Parisien. Pour Marc Fesneau, ce qui manquait jusque-là au (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bruno Le Maire impliqué dans un accident de la circulation avec un cycliste
Alcool : voici les régions françaises qui trinquent le plus
Pierre Gagnaire dévoile les coulisses de la fermeture de son restaurant trois étoiles à Saint-Etienne
Les taux des crédits immobiliers baissent, le droit de grève limité pendant les JO ? L'actu éco du jour en 120 secondes
Comment les boucheries près de chez vous sont-elles contrôlées ?